Accueil Monde Europe

Terrorisme: sommes-nous en guerre?

Le terrorisme engendre des scènes de guerre. Pour autant, sommes-nous en guerre ? Le mot effraye. Mais le concept – qu’il conviendrait de mettre à jour – a le mérite d’avoir un cadre juridique.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 4 min

Sommes-nous en guerre ? Dans l’affirmative, contre qui : l’État islamique, l’islamisme radical, le terrorisme ? À chaque attentat, ces questions resurgissent. Elles peuvent paraître oiseuses. Elles sont pourtant fondamentales, fût-ce pour trancher la polémique sur la présence des militaires en rue…

À ma gauche, Michel Serres : philosophe et ancien officier dans la Marine française. « Dire, comme François Hollande l’a fait, le 13 novembre 2015, que nous sommes en guerre, est une faute langagière, nous explique-t-il. Une guerre se déclare – c’est un acte juridique – entre deux Nations en opposition ; elle oppose deux armées habillées de telle façon, reconnaissables, etc.

La lutte contre le terrorisme n’est pas une guerre. Nous ne connaissons pas notre adversaire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Rebts Jean-Louis, vendredi 15 septembre 2017, 13:38

    Inutile d'aller si loin, il n'y a pas si longtemps, les deux belligérants en Irlande se lançaient des BRIQUES lors d'une rentrée en classe maternelle.... C'est une guerre, une guerre de religion, une de plus... Et comme le monde est commandé par les multinationales qui y trouvent leur compte, c'est pas prêt de s'arrêter.....

  • Posté par CARION JEAN, samedi 19 août 2017, 19:09

    Cet article est très pauvre de sens, au même titre que les pseudo exérèses des référents nommés! Non, ce n'est pas une guerre, mais bien en réalité une crise de civilisation, et comme toute crise, elle se fonde sur des aspects subjectifs, ni politique ni sociaux ni économiques mais bien de valeurs trompeuses et surtout de doctrines datant d'un autre siècle! Rappelez vous les guerres de religions, les saints Barthélemy ou autres exactions au nom de non-valeur, mais seulement d'une doctrine théocratique! L'apologie du communisme ( encore actuelle!) ou des nombreux dictats d'extrêmes droites (trop nombreux en terminologies pour les cités tous et certains encore actuels!) aussi ne sont pas en reste. Le vrai problème est en notre évolution; il y a une discordance majeure entre nos modes de vie et de pensée, et certains croient pouvoir s'affirmer en revenant au passé, mais ignorent fondamentalement l'évolution intellectuelle et philosophique.! Ce fut de tous les temps, quelque soit l'Histoire; d'un côté des gens décalés, de l'autre des peuples démocrates et tolérants! Mais là aussi se situe le problème: jusqu'où peut aller la tolérance démocratique? et là nous n'avons pas encore de réponses! Alors la démocratie doit être ferme sur les "intolérances"! Aucun régime totalitaire, sectaire, violent ou simplement acteur de la pensée UNIQUE ne peut subsister; seule l'éducation peut harmoniser, mais encore faut il que celle ci soit bien enseignée et que les "récipiendaires" en acceptent les principes! Une seule chose reste le fondement d'une saine éducation: "Ta liberté n'existe que dans le respect d'autrui...........et réciproquement", dans le cas contraire il convient de servir FERMEMENT.

  • Posté par Gregoire Jean-claude, dimanche 20 août 2017, 9:33

    ce qui se conçoit bien s'énonce clairement....que de phrases pour.... ne rien dire

  • Posté par David Eric, samedi 19 août 2017, 18:29

    On retarde d'une … guerre (et même d'un siècle) quand on croit que juridiquement l'état de guerre dépend d'une déclaration de guerre ... Quant aux civils, leur protection est juridiquement assurée (mais seulement au plan juridique, hélas ...) depuis la Déclaration de St.-Pétersbourg de 1868 ... Si les civils ont en effet été largement victimes des bombardements de la 2e Guerre mondiale, ce n'est pas pour cela qu'il serait "acceptable" de les bombarder. Qu'on lise lire les chapitres pertinents de l'ouvrage "Principes de droit des conflits armés" ... Eh! Oui, publicité bien ordonnée commence par soi-même ...;-) Publicité bien ordonnée commençant par soi-même ... Je me permets

  • Posté par Hélène Passtoors, samedi 19 août 2017, 17:24

    Quid de la guerre asymétrique? Qui est, bien sûr, typiquement une guerre interne, type de libération, et comme telle ressort sous l'un des Protocoles attachés à la Convention de Genève. Comme dans la guerre symétrique, il faut une déclaration de guerre et les attaques sur des civils sont exclus, des crimes de guerre. L'un des problèmes est que la 2me guerre mondiale a pour la première fois utilisé, banalisé et rendu 'acceptables' les attaques sur les civils, donc le terrorisme... Depuis lors et malgré la Convention de Genève cela n'a plus arrêté, que ce soit de la part des Etats et armées régulières et d'autres groupes armés. Il me semble qu'il faut donc revoir tout le droit de guerre avant de pouvoir répondre à la question posée ici.

Aussi en Europe

Grèce: sur la question migratoire, le pays est sous pression européenne

La Grèce, pays de première entrée dans l’UE, a-t-elle mis les valeurs européennes de côté ? C’est la question qui est posée aux regards des révélations récentes sur les « pushbacks », les échanges de courrier à l’échelle de Bruxelles, ou encore l’audition du ministre grec des Migrations.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs