Trump se sépare de Bannon: l’image qui résume l’instabilité à la Maison Blanche

Trump se sépare de Bannon: l’image qui résume l’instabilité à la Maison Blanche

Après des semaines de spéculations et dans un climat d’extrême tension à la Maison Blanche, Donald Trump s’est finalement séparé vendredi de Steve Bannon, conseiller aussi provocateur que controversé.

Contempteur virulent de « l’establishment » et des « élites », l’ancien patron du très droitier site Breitbart News, n’aura tenu qu’un peu plus de six mois dans la West Wing.

Ce départ permet à Donald Trump d’envoyer un message aux ténors de son gouvernement et aux nombreux élus républicains exaspérés par les orientations – et les provocations – de cet homme de 63 ans à la démarche nonchalante qui promettait l’avènement d’un «  nouvel ordre politique ».

Après le départ de Sean Spicer et de Reince Priebus, respectivement porte-parole et secrétaire général de la Maison Blanche, celui de Steve Bannon complète le renouvellement en profondeur de l’équipe qui s’était installée au 1600 Pennsylvania avenue le 20 janvier.

Il permet en particulier à John Kelly, général à la retraite des Marines qui avait succédé à M. Priebus, d’affirmer un peu plus son pouvoir dans une équipe où règne un indéniable chaos.

Depuis des mois, les démissions et les évictions se multiplient. En témoigne l’image ci-dessous  : prise il y a moins de six mois, seul le vice-président Mike Pence est aujourd’hui toujours en poste au sein de cette garde rapprochée qui a implosé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite