Accueil Monde Europe

Cinq questions que l’on se pose après Barcelone

Les questions qui se sont posées lors des derniers attentats sont une nouvelle fois posées à Barcelone. Le Soir fait le point sur nos sociétés dans le doute.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Stenuit Fernand, mardi 22 août 2017, 22:10

    Le problème est que nos gouvernants ne prennent pas la chose au sérieux .Cela ne leur rapporte rien politiquement ,( sauf des voix pour le PS ) Nous allons vers une nouvelle guerre de religion. Car le mot d'ordre des musulmans est d'imposer les règles de l'Islam dans les pays qu'ils occupent . Et ils les occuperont par le nombre .

  • Posté par bernard delpierre, samedi 19 août 2017, 12:49

    La terminologie utilisée est de peu de sens si elle n'est pas suivie d'actes corrélatifs pour affronter le danger dénoncé; or, que voit-on au delà du recueillement et du dépôt de gerbes de fleurs, que de la logorrhée verbale et une grande contorsion sémantique afin de ne pas désigner clairement l'ennemi qui lui pourtant ne se prive pas de fustiger nos sociétés trop laïques, trop tolérantes sur la place de la femme et trop méfiantes à l'égard religieux en raison de l'expérience tragique des générations soumises au joug clérical durant plus d'un millénaire.

  • Posté par Dopchie Henri, samedi 19 août 2017, 11:56

    Guerre ou terrorisme, peu importe. Ces articles omettent de rappeler explicitement que ces attaques sont le fait de musulmans; que leurs actions sont prescrites par leur religion et que leur objectif affirmé est l'imposition de leurs croyances. Ne serait-il pas temps d'interdire le coran, les haddith et la sunnah, comme nous avons interdit Mein Kampf tant que le nazisme a été préoccupant?

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs