Accueil Belgique Politique

Di Rupo et Magnette, ça passe ou tout se casse

Le PS rentre anticipativement lundi. Un bureau politique exceptionnel. Alerte rouge ! Dans les cordes cet été, Di Rupo tente de relancer la machine esquintée. Toute rivalité avec Magnette serait fatale au PS.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

En cette rentrée politique ébouriffante, pour comprendre l’épreuve à laquelle le PS est confronté, il faut suivre le duo Di Rupo-Magnette comme fil conducteur, préciser le calendrier politique infernal des prochaines semaines, sans oublier le piège Lutgen, qui peut être mortel.

Voyons…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par A.q.t.e. , dimanche 20 août 2017, 9:41

    Tant que Di Rupo, Onckelinx et autres personnages dont la crédibilité est élimée ne passent pas la main, il n'y a que peu d'espoir de voir un certain nombre de bastions familiaux (Mathot, Moreau, Collignon, Désir, Di Rupo et belle-soeur ...) lâcher leurs serres des leviers de pouvoir. Que l'on aime - ou pas - le style Magnette, c'est à ce jour, le meilleur espoir d'un renouveau éthique du parti.

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 19 août 2017, 19:15

    Ce qui pourrait être catastrophique pour le PS ne le serait pas nécessairement pour la population. L'alternance du pouvoir a des vertus même en Wallonie.

  • Posté par François Lemaire, samedi 19 août 2017, 14:21

    Dans le discours du PS, il n'y a guère jusqu'ici de social-démocratie. La recette rouge foncé a continué de fonctionner dans les urnes. Dans les faits, on sait ce qu'il y a : une bonne grosse dose de népotisme et de clientélisme, du capitalisme d'opportunité pour faire rentrer de l'argent et de l'emploi au mépris de toute déontologie, de l'activisme sociétal pour se donner une conscience sans aucun souci des conséquences et enfin une soif infinie de conserver le pouvoir.

  • Posté par Van Steen Willy, samedi 19 août 2017, 10:57

    Ce qui est un gros échec aussi, et le journaliste semble l'oublier, c'est l'immobilisme face à St. Moreau, qui lui reste tjrs aux commandes de Publifin et qui continue à toucher des émoluments exorbitants dont les montants ont écoeuré non seulement les membres du ps mais aussi et surtout l'ensemble de la population wallonne! Cette plaie ouverte au sein de la Wallonie continue à faire des ravages dont P. M. et E. D. R. Ne semblent pas avoir vraiment pris conscience. Ils auraient fait tomber totalement cet individu nuisible socialement qu'ils auraient pu en tirer sinon un certain profit mais du moins un semblant de réhabilitation si pas de rémission aux yeux des membres du parti. C'est ce qui s'appelle un manque de poigne, un déni de remise au blanc dont certains se demandent pourquoi? Y auraient il encore, selon cette expression si typiquement montoise, des squelettes dans le placard? Sont-ils paralysés par d'autres peurs? Dans ce cas, le pire pour le ps est encore à venir!

  • Posté par Devillers Pierre, samedi 19 août 2017, 13:04

    Je suis en partie d'accord avec vous. Toutefois, Moreau a des contrats "bétonnés" et donc juridiquement parlant, pas facile de le mettre dehors. Du moins, dans l'immédiat.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs