Steve Bannon quitte la Maison Blanche: «Je pars au combat pour Trump»

Steve Bannon quitte la Maison Blanche: «Je pars au combat pour Trump»

Steve Bannon, l’ancien conseiller de Donald Trump qui a quitté la Maison Blanche vendredi, a affirmé qu’il continuerait à se battre pour le président américain. Il a aussitôt retrouvé des fonctions de direction au sein de Breitbart News, site d’information proche de l’extrême droite.

«S’il y a la moindre confusion, laissez-moi clarifier les choses: je quitte la Maison Blanche et je pars au combat pour Trump et contre ses opposants - au Capitole (le siège du Congrès), dans les médias et dans le monde des affaires», a dit à Bloomberg News Steve Bannon.

Bannon retrouve aussitôt le site Breitbart News

Le site Breitbart a par ailleurs annoncé que Steve Bannon avait retrouvé en son sein dès vendredi des fonctions de président exécutif, le qualifiant de «héros populiste». L’ancien conseiller à la Maison Blanche y a même présidé dès vendredi une première conférence de rédaction.

Avant de rejoindre la campagne de Donald Trump en août 2016, Steve Bannon, 63 ans, avait fait de Breitbart News la plateforme d’information privilégiée des nationalistes et de l’« alt-right», frange de l’extrême droite américaine.

La Maison Blanche a annoncé vendredi le départ de Steve Bannon, qui y avait le titre de conseiller stratégique et a été l’inspirateur de nombreux positionnements nationalistes et anti-establishment de Donald Trump.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite