Steve Bannon quitte la Maison Blanche: «Je pars au combat pour Trump»

Edition numérique des abonnés

Steve Bannon, l’ancien conseiller de Donald Trump qui a quitté la Maison Blanche vendredi, a affirmé qu’il continuerait à se battre pour le président américain. Il a aussitôt retrouvé des fonctions de direction au sein de Breitbart News, site d’information proche de l’extrême droite.

«S’il y a la moindre confusion, laissez-moi clarifier les choses: je quitte la Maison Blanche et je pars au combat pour Trump et contre ses opposants - au Capitole (le siège du Congrès), dans les médias et dans le monde des affaires», a dit à Bloomberg News Steve Bannon.

Bannon retrouve aussitôt le site Breitbart News

Le site Breitbart a par ailleurs annoncé que Steve Bannon avait retrouvé en son sein dès vendredi des fonctions de président exécutif, le qualifiant de «héros populiste». L’ancien conseiller à la Maison Blanche y a même présidé dès vendredi une première conférence de rédaction.

Avant de rejoindre la campagne de Donald Trump en août 2016, Steve Bannon, 63 ans, avait fait de Breitbart News la plateforme d’information privilégiée des nationalistes et de l’« alt-right», frange de l’extrême droite américaine.

La Maison Blanche a annoncé vendredi le départ de Steve Bannon, qui y avait le titre de conseiller stratégique et a été l’inspirateur de nombreux positionnements nationalistes et anti-establishment de Donald Trump.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bien des secteurs et des problématiques attendront, comme les usagers de la SNCB.

    SNCB, survol de Bruxelles, 5G: les répercussions de la chute du gouvernement

  2. Le nouveau décret flamand sonnera-t-il la fin des files lors du premier jour des inscriptions
?

    La Flandre verrouille son enseignement à Bruxelles

  3. Notre pays doit réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 35
% par rapport à 2005.

    Le plan climat belge adopté ce mercredi

Chroniques
  • «Quid N-VA»: 11 ans plus tard, toujours la même question...

    L’ancien Premier ministre Jean-Luc Dehaene répétait souvent qu’il était un homme politique « d’un autre siècle ». Cette considération s’avéra véridique quand l’ancien Premier ministre se rendit en août 2007 au palais royal pour aviser le roi en tant que ministre d’État. A cette époque, les négociations pour un gouvernement orange bleu à Val Duchesse avaient calé, et dans une atmosphère « de parfum de crise », le roi Albert II consultait ses ministres d’État pour permettre aux principaux négociateurs – Yves Leterme pour le cartel CD&V/N-VA et Didier Reynders pour le MR – de trouver un deuxième souffle. L’ancien Premier ministre – bien qu’il fût photographe amateur, mais manifestement d’un autre siècle – avait sous-estimé la puissance de la photographie digitale. Lors de son passage aux grilles du palais royal, Dehaene se fit photographier avec un document sur les genoux, dans lequel était notée la phrase «  Quid N-VA  ».

    ...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: quel désastre pour la politique

    Après trois semaines en absurdie, le Premier ministre a remis hier soir son sort et celui de son gouvernement entre les mains du Roi. Plus rien sur le pouvoir d’achat, plus rien sur le climat et un budget en douzièmes provisoires : la Belgique se retrouve dans une situation irresponsable.

    Le monde politique, après avoir fortement déstabilisé l’opinion publique par des jeux ubuesques, donnait toujours hier soir des signaux très inquiétants. Il continuait à être obsédé par un objectif :...

    Lire la suite