Ecolo demande le retrait des produits dérivés contenant du fipronil

Les écologistes francophones ont réclamé samedi le retrait du commerce des produits dérivés contenant du fipronil, comme les biscuits à la frangipane découverts en France, par la voix de leur chef de groupe à la Chambre, le député Jean-Marc Nollet.

«Je réitère ma demande au ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme de revoir au plus vite sa position de principe, de publier cette liste (de ces produits ne respectant pas les normes) et de faire retirer de la vente les produits dont la concentration en fipronil est supérieure à la norme européenne», a-t-il affirmé dans un communiqué.

Selon M. Nollet, la crise des œufs contaminés «est encore loin de toucher à sa fin, contrairement à ce qu’affirmait encore récemment M. Ducarme (MR)».

«Si les œufs contaminés ont bien été retirés du marché, il n’en est rien des produits dérivés ayant utilisé de tels œufs dans leur processus de fabrication», a souligné le député écologiste.

Il cite en exemple la France, qui a annoncé samedi le retrait immédiat de gâteaux de frangipane Lotus fabriqués en Belgique car contenant des traces de fipronil en concentration supérieure à la limite réglementaire fixée par l’Europe (LMR de 0,005 mg/kg de produit).

« La Belgique refuse d’informer les consommateurs »

«Pourquoi des produits de consommation retirés du marché français, parce que ne respectant pas les normes européennes, peuvent-ils continuer à être vendus en Belgique ?» «L’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France procèdent au retrait de produits, mais la Belgique refuse même d’informer les consommateurs sur la liste de ces produits ne respectant pas les normes. C’est incompréhensible et problématique», a poursuivi M. Nollet, en qualifiant cette situation d’"incompréhensible».

Parmi les produits retirés du marché dans ces pays, on retrouve notamment des produits consommés par les enfants en bas âges: biscuits, plats préparés, gaufres, sandwichs, etc.

«Les citoyens belges ont le droit d’être entièrement informés et les consommateurs totalement protégés, en Belgique comme ailleurs en Europe et dans le monde», a conclu le député.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :œufs contaminés|Consommateurs|Belgique|Allemagne|France|Europe
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite