Attentats en Catalogne: l’imam introuvable aurait voyagé plusieurs fois en Belgique depuis 2015

Le salon où habite l’imam Abdelbaki Es Satty ©AFP
Le salon où habite l’imam Abdelbaki Es Satty ©AFP

Abdelbaki Es Satty, l’imam soupçonné d’avoir radicalisé les auteurs des attentats de Barcelone et de Cambrils, se serait rendu à plusieurs reprises en Belgique depuis 2015. Selon la VRT, il aurait séjourné à Vilvoorde et à Diegem.

Deux personnes de son entourage ont indiqué que l’imam a voyagé plusieurs fois en Belgique au cours des dernières années et qu’il y aurait « vécu longtemps », rapportent le journal espagnol EL Periodico. Abdelbaki Es Satty a été l’imam d’une mosquée de Ripoll depuis 2015 jusqu’à il y a encore deux mois. «  Durant cette période, il a voyagé à plusieurs reprises vers la Belgique », écrit le journal.

L’imam reste toujours introuvable. Plusieurs habitants de Ripoll pensent qu’il a pu déménager en Belgique. Une autre possibilité est qu’il serait retourné au Maroc, comme l’avait indiqué son colocataire Nourddem. « La dernière fois que je l’ai vu, c’était mardi (la veille de l’explosion) et il m’a dit qu’il allait voir sa femme au Maroc », avait-il raconté à l’AFP.

Le parquet fédéral ne peut pas encore confirmer ces informations mais indique qu’il va collaborer activement avec les autorités espagnoles dans l’intérêt de l’enquête.

Le domicile de l’homme, qui a disparu depuis mardi, a une nouvelle fois été perquisitionné samedi à l’aube, selon Nourddem, son colocataire qui a assisté à l’opération de police. D’après le quotidien El Pais qui cite des sources policières, l’imam de Ripoll pourrait avoir été tué dans l’explosion d’Alcanar.

L’imam n’est pas connu au ministère de l’immigration belge

Theo Francken, le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, a indiqué sur son compte Twitter que l’imam Abdelbaki Es Satty n’est pas connu sous ce nom au ministère de l’immigration. Il n’a donc jamais demandé ou reçu de carte de séjour belge.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. Il y a trois grands émetteurs de titres-repas sur le marché belge 
: Sodexo, Edenred et Monizze.

    Le nombre de bénéficiaires de chèques-repas en hausse de 20% en cinq ans

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • «L’accord du siècle» au Proche-Orient: Trump au chevet de Netanyahou

    Donald Trump a enfin rendu public ce 28 janvier son « deal of the century » (accord du siècle) censé mettre fin au conflit israélo-palestinien. Les fuites n’avaient pas manqué et elles insinuaient que le beau-fils du président US, Jared Kushner, chargé de concocter ce plan, avait pris le parti de favoriser jusqu’à la caricature les options chères au Premier ministre israélien sortant, Binyamin Netanyahou. Question d’affinités. La divulgation des clauses du plan confirme ce pressentiment.

    ...

    Lire la suite