Attentats en Catalogne: l’imam introuvable aurait voyagé plusieurs fois en Belgique depuis 2015

Le salon où habite l’imam Abdelbaki Es Satty ©AFP
Le salon où habite l’imam Abdelbaki Es Satty ©AFP

Abdelbaki Es Satty, l’imam soupçonné d’avoir radicalisé les auteurs des attentats de Barcelone et de Cambrils, se serait rendu à plusieurs reprises en Belgique depuis 2015. Selon la VRT, il aurait séjourné à Vilvoorde et à Diegem.

Deux personnes de son entourage ont indiqué que l’imam a voyagé plusieurs fois en Belgique au cours des dernières années et qu’il y aurait « vécu longtemps », rapportent le journal espagnol EL Periodico. Abdelbaki Es Satty a été l’imam d’une mosquée de Ripoll depuis 2015 jusqu’à il y a encore deux mois. «  Durant cette période, il a voyagé à plusieurs reprises vers la Belgique », écrit le journal.

L’imam reste toujours introuvable. Plusieurs habitants de Ripoll pensent qu’il a pu déménager en Belgique. Une autre possibilité est qu’il serait retourné au Maroc, comme l’avait indiqué son colocataire Nourddem. « La dernière fois que je l’ai vu, c’était mardi (la veille de l’explosion) et il m’a dit qu’il allait voir sa femme au Maroc », avait-il raconté à l’AFP.

Le parquet fédéral ne peut pas encore confirmer ces informations mais indique qu’il va collaborer activement avec les autorités espagnoles dans l’intérêt de l’enquête.

Le domicile de l’homme, qui a disparu depuis mardi, a une nouvelle fois été perquisitionné samedi à l’aube, selon Nourddem, son colocataire qui a assisté à l’opération de police. D’après le quotidien El Pais qui cite des sources policières, l’imam de Ripoll pourrait avoir été tué dans l’explosion d’Alcanar.

L’imam n’est pas connu au ministère de l’immigration belge

Theo Francken, le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, a indiqué sur son compte Twitter que l’imam Abdelbaki Es Satty n’est pas connu sous ce nom au ministère de l’immigration. Il n’a donc jamais demandé ou reçu de carte de séjour belge.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A l’instar de ses confrères, le Champion s’est adapté à la nouvelle donne sanitaire.

    Par Marc Roche

    Europe

    Les pubs anglais, victimes collatérales du coronavirus

  • L’assemblée générale sera très différente des précédentes
: l’essentiel des déclarations se fera par vidéo.

    Les 75 ans de l'ONU, c'est «le verre à moitié vide ou à moitié plein»

  • Dimanche, plusieurs dizaines de milliers de personnes vêtues de rouge et blanc se sont retrouvées à Minsk, rituel dominical depuis le début de la contestation contre la réélection le 9 août du président Alexandre Loukachenko.

    Par Benjamin Quenelle

    Europe

    Biélorussie: manifs à Minsk, plan B à Moscou

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous