Accueil Société

Flandre: des signes de radicalisation détectés chez les enfants d’une école maternelle

Il est notamment question de « menaces de morts » prononcées à l’encontre de « non-croyants », selon un rapport interne à l’école.

Temps de lecture: 1 min

Une école de Renaix, en Flandre orientale, s’est inquiétée de signes de «radicalisation» islamiste observés par des enseignants chez des enfants de classes maternelles, ressort-il d’un rapport interne à l’école relayé par Het Laatste Nieuws lundi.

Il s’agirait d’une première, en Flandre, quant à l’âge des individus chez lesquels de tels signes semblent se manifester. Selon le rapport interne de l’école maternelle de Renaix concernée, les comportements problématiques observés comprennent par exemple la récitation de versets du Coran durant la récréation, le fait de ne pas se présenter à l’école le vendredi pour des raisons religieuses ou le refus de donner la main. Mais il est aussi question de «menaces de mort» prononcées à l’encontre des «non-croyants» ainsi que d’enfants traités de «cochons» et de gestes imitant un égorgement.

Le Netwerk Islamexperten, un «réseau d’experts de l’islam» censé proposer aux écoles flamandes des solutions sur mesure dans la lutte contre la radicalisation, a ouvert depuis le début du projet, en 2016, 481 dossiers sur des écoles lui adressant des questions ou rapportant des problèmes à ce sujet.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Christian Radoux, lundi 21 août 2017, 18:55

    On n'arrête pas le progrès du "vivre-ensemble"...

  • Posté par bernard delpierre, lundi 21 août 2017, 14:51

    Il faut distinguer les choix alimentaires et donc le refus du cochon par exemple (que les juifs et d'autres partagent aussi) et qui ne devrait pas poser problème car ce faisant ils n'imposent pas leur choix à d'autres, de comportements déviants comme le refus de parler aux filles, le refus de de certains cours (sauf s'ils sont revisités à la mode "islamique"), tels l'histoire et la biologie et davantage encore les gestes agressifs ritualisant l'égorgement futur de son collègue de classe. Comme de bien entendu , ces très jeunes élèves n'ont pas conceptualisé seuls de telles attitudes , c'est au niveau des parents qu'il faut agir avec la plus intransigeante fermeté quant au prescriptions de rigueur dans un état "non religieux" même si dans les milieux très proches des mosquées et donc du prescrit coranique qui multiplie les anathèmes, cela sera souvent peine perdue.

  • Posté par stals jean, lundi 21 août 2017, 13:35

    Les journalistes feraient bien d’enquêter du côté des écoles, du côté des éducateurs engagés par les communes, dont le rôle est d’organiser toute une série d’activités extrascolaires dont la « clientèle » si je puis m’exprimer ainsi provient des milieux défavorisés de quelques communautés culturelle que ce soit. Les instituteurs du primaire mais pas que en auraient des choses à dire sur cette radicalisation insidieuse, larvée mais aussi carrément décomplexée qui mine véritablement les efforts de la plus part des professionnels aussi bien des milieux scolaires qu’extrascolaires d’ailleurs. Je connais personnellement un « éducateur de rue » qui travaille depuis plus de 10 années dans une commune des environs de Liège. Quand il organise par exemple un petit déjeuner pour les enfants dit défavorisés, les mères pas toutes, exigent de contrôler si la nourriture offerte lors de ces repas conviviaux et parfois salutaires pour certains enfants qui viennent à l’école ou à la plaine de jeux le ventre vide, est bien « Halal »… Si une tranche de jambon est en vue lors d’un de ces repas offerts, c’est le scandale. Mon ami, car cet éducateur de rue est un ami de très longue date, est parfois dégoûté, exaspéré même, comme ses collègues, du comportement de plus en plus agressif de certains parents et hélas de certains enfants pourtant pris en charge au frais des Communes par soucis justement de cohésion, d’intégration entre des jeunes et parfois très jeunes enfants. Cette radicalisation évoquée ici à propos d'une école flamande prend de l’ampleur, et devrait en inquiéter plus d’une et plus d’un.

  • Posté par Gay Cristina, lundi 21 août 2017, 11:48

    rarement lu des aneries aussi enormes! faut vraiment arreter de stigmatiser ainsi!!

  • Posté par Passtoors Hélène, jeudi 24 août 2017, 14:21

    tout à fait! C'est l'hystérie qui vire dans la folie. Collective, en plus. C'est nauséabond.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko