Accueil Belgique Politique

Après Olivier Maingain, Laurette Onkelinx attaque à son tour le décret Inscription

Laurette Onkelinx n’aime pas ce que le décret Inscription est devenu, faisant écho aux propositions données par Olivier Maingain au « Soir ».

Temps de lecture: 2 min

La cheffe de groupe PS à la Chambre, Laurette Onkelinx, a ouvert la porte lundi à une révision du décret Inscription de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

« Je n’aime pas ce que le décret est devenu. A Bruxelles, il enferme les jeunes dans leur quartier au lieu d’ouvrir, de permettre de circuler. Ce qu’il est devenu doit être changé », a-t-elle déclaré lors de son arrivée au bureau du PS.

Le président de Défi, Olivier Maingain, a exposé au « Soir » diverses pistes qu’il veut explorer en Fédération Wallonie-Bruxelles avant de faire partie, le cas échéant, d’une nouvelle majorité. Parmi les idées qu’il avance, figure l’abrogation du décret qui organise les inscriptions en première année du secondaire depuis 2007, objet de vives controverses et de plusieurs réformes. Selon lui, ce texte dont l’objectif initial était de favoriser la mixité sociale dans les écoles a échoué et il faut en revenir à la liberté de choix.

À lire aussi Maingain demande l’abrogation pure et simple du décret inscription

Pour le reste, Laurette Onkelinx attend de voir quelles seront précisément les demandes de Défi. « Pour le moment, nous n’avons pas la main. J’attends de voir comment les événements vont se dérouler », a-t-elle dit. Elle voit en tout cas d’un bon œil l’idée d’une unité francophone. « La nécessité d’être unis me semble aller dans la bonne direction », a-t-elle ajouté.

 

Maingain demande l’abrogation pure et simple du décret inscription

Voici quelques propositions de Défi en matière d’enseignement.

Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 2 min

Au-delà du propos plus purement politique, Défi adoptera ce lundi, en intergroupe parlementaire, des propositions concernant les dossiers concrets de la Communauté française. Olivier Maingain nous en livre quelques-unes en matière d’enseignement, « l’amélioration de sa qualité et de ses performances » étant la priorité du parti amarante. Une amélioration que Défi veut voir paraître clairement dans les enquêtes PISA, espérant que la Communauté y dépassera la moyenne européenne dans les 5 à 10 ans.

Pour cela, différentes pistes sont retenues par le parti.

Que tous les partis soient liés au Pacte d’excellence. « Nous demandons, explique Olivier Maingain, que le Pacte d’excellence ne soit pas seulement lié aux partis de la majorité, mais que tous les partis s’engagent à son égard, avec des objectifs chiffrés et évalués régulièrement, pour qu’il n’y ait pas de remise en cause permanente, aux changements de gouvernement, ni de débats futiles comme sur les sodas. Il faut garantir tous les objectifs sur le long terme. »

Allonger le temps scolaire. « Il faut avoir le courage de dire qu’il faudra allonger le temps consacré aux études, le temps passé à l’école chez nous étant l’un des taux les plus faibles des pays développés. »

Abroger le décret inscription. « Nous demandons l’abrogation pure et simple du décret inscription. L’excellence doit être la condition de notre enseignement. Il n’y a pas lieu de considérer que des écoles sont trop élitistes ; il faut donner à chaque enfant le moyen d’atteindre son excellence. »

Mettre de l’ordre dans l’enseignement fondamental. « Nous voulons que le ministre de l’enseignement n’ait plus la double autorité : celle du pouvoir organisateur et celle du pouvoir régulateur. Il faut l’indépendance du ministre pour gérer l’enseignement officiel. Or, il y a parfois une concurrence entre pouvoirs organisateurs (ville, commune, province, Communauté…). »

Revaloriser la formation initiale des profs. « Nous demandons que l’on revalorise la formation initiale des enseignants, notamment en organisant la 4e année pour les enseignants du fondamental en l’axant sur la formation en alternance et sur le renforcement de la maîtrise de la langue de l’enseignement, car il y a de terribles lacunes à cet égard, chez les élèves mais aussi chez les professeurs. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Cmcr , mardi 22 août 2017, 9:32

    Il était évident que dans une ville dont certains quartiers sont très communautarisés que le principe de proximité de lieu de résidence par rapport à l'école ne ferait que renforcer les écoles ghettos!!

  • Posté par Christian Radoux, lundi 21 août 2017, 18:16

    Bientôt, dans la grande opération sauve-qui-peut du P$, Arena qui a pondu en 2007 ce monstre stalinien (elle voulait aussi la suppression du latin) nous expliquera qu'elle ne l'aime vraiment pas, puis se retirera dignement dans sa douche dorée, la "mixité sociale" ayant ses limites...

  • Posté par Intjigejlis Gérasimos, lundi 21 août 2017, 17:03

    L 'heure du piston est de retour. Pauvre petit chat gris, il n'aura plus sa place chez les blancs.

  • Posté par Bihin Jean-Paul, lundi 21 août 2017, 16:37

    Madame Onckelinckx est contre le décret Inscriptions comme Monsieur Maingain, mais pas du tout pour les mêmes raisons !!!

  • Posté par Pirson Nicolas, lundi 21 août 2017, 16:03

    Qu'on laisse les parents gérer eux-mêmes les inscriptions de leurs enfants, au lieu de forcer de la mixité sociale à tout prix, quitte à aboutir à un nivellement scolaire par le bas!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une