Accueil Monde Europe

Comment Younes Abouyaaqoub a réussi à échapper à la police avant d’être abattu

Avant d’annoncer avoir neutralisé le jeune homme, la police avait diffusé un avis de recherche à toutes les polices européennes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au pôle Multimédias Temps de lecture: 4 min

La chasse a l’homme aura été de courte durée. Ce lundi, vers 18h20 heures, les Mossos d’Esquadra, services de police catalane, ont abattu Younes Abouyaaqoub tandis qu’il portait « ce qui semblait être une ceinture d’explosifs ». Les démineurs, à l’œuvre durant de longues minutes n’ont, pour l’heure, pas encore confirmé si celle-ci était factice ou non.

Alors que la police a tu, quelques heures durant, le nom de l’homme abattu, les médias locaux ont rapidement affirmé qu’il s’agissait de l’auteur présumé de l’attentat de jeudi soir à Barcelone, Younes Abouyaaqoub.

Plus tôt dans la journée, les Mossos avaient lancé un avis de recherche dans toute l’Europe, accompagné de quatre photos du jeune homme. Le document présentait Younes Abouyaaqoub comme l’auteur probable de l’attaque, « dangereux et probablement armé ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Christian Radoux, lundi 21 août 2017, 23:11

    Petite remarque en passant : plusieurs de ces abominables assassins avaient un peu moins de dix-huit ans. En Belgique, ils auraient bénéficié, à grands frais de surcroît, de la "protection de la jeunesse"... après avoir entre autres écrasé ce pauvre petit garçon australien de sept ans ! Il est grand temps d'abaisser l'âge de la majorité pénale. Si mes souvenirs sont bons, Ecolo avait bien proposé le droit de vote à seize ans; alors soyons cohérents; c'est le mot à la mode en politique aujourd'hui. Ou, en tout cas, face à des cas psychiatriques, ce devrait être à la justice "ordinaire" de se dessaisir éventuellement en "faveur" du juge de la jeunesse et non l'inverse.

  • Posté par Christian Radoux, lundi 21 août 2017, 23:50

    Et commenté si intelligemment par fifi la grande âme.

  • Posté par Philippe Bernard, lundi 21 août 2017, 23:48

    ...signé : cricri la justice.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs