Euro 2017 de hockey: les Red Panthers qualifiées pour les demi-finales

Euro 2017 de hockey: les Red Panthers qualifiées pour les demi-finales

La Belgique s’est qualifiée pour la deuxième fois de son histoire pour les demi-finales de l’Euro de hockey féminin, grâce à une victoire 2-1 (mi-temps: 1-1) face à l’Espagne, mardi à Amsterdam dans le groupe A. Les Red Panthers, classées au 14e rang mondial, devraient terminer 2e de leur groupe A avec 6 points, sauf en cas de défaite surprenante des Pays-Bas contre la Tchéquie qui leur offrirait une inattendue 1e place. Elles devraient donc jouer jeudi (17h00) en demi-finale face à l’Allemagne, 7e mondiale et médaillée de bronze à l’Euro de Londres en 2015, 1e du groupe B.

Trois PC pour l’Espagne en première mi-temps

A égalité de points avec les Ibères mais grâce à une meilleure différence de buts, les protégées de Niels Thijssen pouvaient se contenter d’un partage face aux Espagnoles, 10e mondiales. Les Belges, sans doute crispées par l’enjeu, débutèrent la partie de manière fort attentistes. Gênées par le press haut des adversaires, elles ne parvenaient que très rarement à dépasser leur moitié de terrain. Elles ne bénéficèrent que de deux pénétrations dans le cercle adverse. Si la première fut gâchée par Anne-Sophie Weyns, la deuxième, à 43 secondes de la fin du premier quart, rapporta un penalty corner (pc) que Joanne Peeters transforma, aidé par un stick espagnol qui dévia son sleep (15e).

L’Espagne poussa tant et plus avant le repos, forçant 3 pc, tous improductifs. L’un d’entre eux fut détourné in-extremis du stick par Aline Fobe. Les Panthères finirent par céder à une minute de la mi-temps. La défense belge mise dans le vent par une balle en profondeur, Carola Salvatella, bien positionnée, réceptionna un centre de la droite pour tromper Elena Sotgiu, montée à la place de D’Hooghe au 2e quart (29e).

Raes marque

La disposition ne changea guère au retour des vestiaires. D’Hooghe, revenue au jeu, s’interposa bien sur le 5e pc espagnol. Sur l’une des seules contre-attaques de la période arrivant jusqu’au cercle adverse, Anouka Raes réussit à armer un tir de revers que Peeters dévia en hauteur pour permettre à la Belgique de reprendre l’avantage et ainsi soulager ses coéquipières (35e).

Les Pays-Bas doivent encore jouer la modeste Tchéquie mardi en soirée mais il leur faudrait une lourde défaite pour les empêcher de conserver la première place du groupe et jouer l’Angleterre jeudi en demi-finale (20h00).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite