Euro 2017 de hockey: les Red Panthers qualifiées pour les demi-finales

Euro 2017 de hockey: les Red Panthers qualifiées pour les demi-finales

La Belgique s’est qualifiée pour la deuxième fois de son histoire pour les demi-finales de l’Euro de hockey féminin, grâce à une victoire 2-1 (mi-temps: 1-1) face à l’Espagne, mardi à Amsterdam dans le groupe A. Les Red Panthers, classées au 14e rang mondial, devraient terminer 2e de leur groupe A avec 6 points, sauf en cas de défaite surprenante des Pays-Bas contre la Tchéquie qui leur offrirait une inattendue 1e place. Elles devraient donc jouer jeudi (17h00) en demi-finale face à l’Allemagne, 7e mondiale et médaillée de bronze à l’Euro de Londres en 2015, 1e du groupe B.

Trois PC pour l’Espagne en première mi-temps

A égalité de points avec les Ibères mais grâce à une meilleure différence de buts, les protégées de Niels Thijssen pouvaient se contenter d’un partage face aux Espagnoles, 10e mondiales. Les Belges, sans doute crispées par l’enjeu, débutèrent la partie de manière fort attentistes. Gênées par le press haut des adversaires, elles ne parvenaient que très rarement à dépasser leur moitié de terrain. Elles ne bénéficèrent que de deux pénétrations dans le cercle adverse. Si la première fut gâchée par Anne-Sophie Weyns, la deuxième, à 43 secondes de la fin du premier quart, rapporta un penalty corner (pc) que Joanne Peeters transforma, aidé par un stick espagnol qui dévia son sleep (15e).

L’Espagne poussa tant et plus avant le repos, forçant 3 pc, tous improductifs. L’un d’entre eux fut détourné in-extremis du stick par Aline Fobe. Les Panthères finirent par céder à une minute de la mi-temps. La défense belge mise dans le vent par une balle en profondeur, Carola Salvatella, bien positionnée, réceptionna un centre de la droite pour tromper Elena Sotgiu, montée à la place de D’Hooghe au 2e quart (29e).

Raes marque

La disposition ne changea guère au retour des vestiaires. D’Hooghe, revenue au jeu, s’interposa bien sur le 5e pc espagnol. Sur l’une des seules contre-attaques de la période arrivant jusqu’au cercle adverse, Anouka Raes réussit à armer un tir de revers que Peeters dévia en hauteur pour permettre à la Belgique de reprendre l’avantage et ainsi soulager ses coéquipières (35e).

Les Pays-Bas doivent encore jouer la modeste Tchéquie mardi en soirée mais il leur faudrait une lourde défaite pour les empêcher de conserver la première place du groupe et jouer l’Angleterre jeudi en demi-finale (20h00).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  2. Pour le moment, les femmes n’ont qu’une place marginale, face aux imams et autres responsables.

    Des théologiennes pour enseigner «le bon islam» aux musulmanes de Belgique

  3. Bénéficier d’un revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties ou consacrer 
une partie de son temps à sa famille...

    L’allocation universelle: une idée qui séduit en Belgique mais qui a peu de chances de se concrétiser

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite