Accueil Opinions Éditos

Brussels Airport: le droit de grève en otage

Les victimes sont des voyageurs, souvent de familles, obligés de défaire, à même le sol, des valises pour se contenter à embarquer avec des bagages en cabine.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

Un arrêt de travail en plein été à Brussels Airport. A l’annonce du mouvement des travailleurs de Swissport, l’un des deux manutentionnaires des bagages, peu d’entre nous auront été surpris : « Evidemment, ce sont les vacances ! » Soit une période hautement stratégique pour les entreprises concernées mais aussi pour les voyageurs : au total, ce sont plus de 30.000 personnes qui, selon la direction de Brussels Airport, ont été impactées par cet arrêt de travail inopiné. 220 vols ont été retardés, 36 vols annulés.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Françoise Bodenez, jeudi 24 août 2017, 9:06

    Article digne du Figaro ou pire d'une discussion de café du commerce. Je me demande vraiment pourquoi je suis encore abonnée.

  • Posté par Courtois Roland, mercredi 23 août 2017, 14:13

    Surtout en constatant le sourire de la préposée syndicale lorsqu'elle essaie de justifier l'incurie de l'aéroport de Belgique !

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs