«Par Jupiter!»: l’émission radio d’Alex Vizorek et Charline Vanhoenacker change de nom

Charline, Alex et Guillaume reviennent avec la même émission, mais un nouveau nom.
Charline, Alex et Guillaume reviennent avec la même émission, mais un nouveau nom.

« N ous sommes au regret de vous annoncer la fin de ’Si tu écoutes, j’annule tout’», avaient indiqué mercredi matin sur les réseaux sociaux les animateurs de cette émission de France Inter. Mais les Belges Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek restent bien à l’antenne. «  C’est une blague », a en effet indiqué la communication de la station française. «  C’est une bonne façon de commencer l’année. Ils restent sur l’antenne, le contraire serait incompréhensible. »

En effet, le buzz passé, la page Facebook de l’émission a révélé le but de tout ceci : un changement de nom.

« Par Jupiter ! », c’est le nouveau nom de l’émission. «  Après avoir cogité tout l’été, nous nous sommes rendus à l’évidence, nous sommes arrivés au bout du processus de création, à l’image du titre de l’émission, devenu obsolète (du moins autant que les blagues sur Sarkozy !) », avait annoncé le trio ce mercredi matin, provoquant une vague de commentaires déçus.

« Si tu écoutes, j’annule tout » était une référence (en effet un peu datée) à Nicolas Sarkozy. Une anecdote de 2007 ! Gardant son ancrage dans l’actualité politique, « Par Jupiter ! » fait allusion à Emmanuel Macron, qui a lui même décrit sa présidence comme « jupitérienne », pour se différencier de la présidence « normale » voulue par François Hollande.

L’émission est toujours diffusée du lundi au vendredi de 17 à 18 heures sur France Inter.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la table des négociations sur les accords de Grenelle le 27 mai 1968, on retrouve notamment le Premier ministre Georges Pompidou (au centre) et, à sa gauche, Jacques Chirac, alors secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi.

    France: quand le pouvoir tente d’acheter la paix sociale

  2. Quelle ambitoin pour l’avenir
? «
40 ans, c’est l’âge du pouvoir, à 60, on reçoit ce qu’on vous réserve.»

    Koen Geens: «Le débat identitaire est vide et instrumentalisé»

  3. Lorenzo Pellizziari, cofondateur de Retviews, avec son équipe, dans leurs bureaux partagés de l’avenue Louise à Bruxelles.

    Retviews: des Bruxellois qui fricotent avec les géants du luxe français