Accueil Monde Europe

Attentats en Catalogne: les Espagnols n’ont reçu «aucune information» des autorités belges sur l’imam

Hans Bonte, le bourgmestre de Vilvorde, avait affirmé que les autorités belges avaient relayé aux Espagnols leurs inquiétudes au sujet de l’imam Es Satty.

Temps de lecture: 2 min

Une information ? Quelle information ?

Contre toute attente, le ministre espagnol de l’Intérieur a annoncé mercredi après-midi que ni la Garde civile, ni la Police nationale n’avait été informée par les autorités belges des soupçons qui pesaient sur l’imam de Ripoll, contredisant ainsi le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte.

« Selon les informations qui sont actuellement portées à ma connaissance, à l’heure et au moment présent (…) ils n’ont reçu aucune communication », a déclaré Juan Ignacio Zoid. « Le plus important, c’est que les enquêtes ouvertes puissent être complétées le plus tôt possible », a-t-il ajouté après avoir rencontré son homologue français, Gérard Collomb, au siège de la Gendarmerie nationale française.

À lire aussi L'énigme de l'imam de Ripoll

L’imam Es Satty a résidé deux mois en Belgique

Hans Bonte avait en effet affirmé que les autorités belges avaient relayé auprès des forces de l’ordre espagnoles les inquiétudes de la communauté musulmane de la commune voisine de Diegem sur les agissements suspects de l’imam Es Satty mais, souligne le quotidien catalan La Vanguardia, « sans toutefois mentionner à quel corps de police il faisait allusion ».

L’enquête sur l’imam soupçonné d’être le cerveau des attentats de Barcelone et de Cambrils et qui a trouvé la mort dans l’explosion de la maison d’Alcanar a en effet démontré que celui-ci a résidé deux mois en Belgique, à Machelen et à Diegem, début 2016.

Un juge espagnol avait annulé un arrêté d’expulsion

Par ailleurs, on apprend ce mercredi qu’un juge espagnol avait annulé en mars 2015 un arrêté d’expulsion contre Abdelbaki Es Satty, considérant qu’il n’était pas dangereux.

Un juge de Castellon, ville de l’est de l’Espagne où ce Marocain a purgé une peine de quatre ans de prison pour trafic de drogue, a estimé alors qu’il avait démontré ses «efforts d’intégration dans la société espagnole», précise la justice dans un communiqué, qui confirme une information du journal El Mundo.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Stenuit Fernand, mercredi 23 août 2017, 21:40

    Il est crevé, plus moyen de l'réparer. C'est déja quelque chose . Mais cela dit bien que les polices n'ont toujours pas de coordination internationale valable . Pendant ce temps là , en Europe , l'édifice Européen de Bruxelles , dort dans sa fange .

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une