Accueil Société

L’effet du dieselgate, toujours mesurable dans l’air bruxellois

Les concentrations de dioxyde d’azote à Bruxelles ne diminuent pas. Un signe de la fraude sur les moteurs diesel.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Les fraudes dans le secteur automobile n’ont pas fini de faire parler d’elles. Mais si on a beaucoup glosé sur le préjudice économique, on a assez peu évalué les conséquences pour la qualité de l’air et pour la santé. Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont bien tenté d’évaluer les conséquences pour la santé humaine en Europe. Dans un article publié au printemps dernier dans le journal Environmental Research Letters, ils évaluaient à 1.200, le nombre de personnes qui devraient prématurément décéder en Europe en raison des émissions supplémentaires des moteurs truqués. Les suppléments de frais de santé s’élèveraient à 1,9 milliard. La plupart des morts se trouveraient sur le sol allemand (500), mais aussi en Pologne (160), en France (84), en Tchéquie (72). L’étude n’a cependant pris en compte que les 2,6 millions de véhicules vendus sous les marques VW, Audi, Skoda et Seat. Chez nous ? Aucune étude n’a été faite.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs