Accueil Société

Les travailleuses du sexe reprochent à Philippe Close sa méthode dure

Un nouveau règlement de police est entré en vigueur cette semaine pour lutter contre les nuisances dans le quartier de l’Alhambra à Bruxelles.

Temps de lecture: 1 min

La répression n’est pas la solution pour éradiquer la prostitution dans le quartier de l’Alhambra à Bruxelles, affirme jeudi l’Union des travailleu(r)ses du sexe organisé(e)s pour l’indépendance (Utsopi) dans une lettre ouverte au bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close. L’association dénonce la méthode dure employée par le socialiste, qui a affirmé lundi dans la Dernière Heure vouloir venir à bout de la prostitution et ne vouloir «rien lâcher».

«Vous voulez éradiquer la prostitution dans le quartier de l’Alhambra (autour du théâtre flamand, ndlr). Votre priorité ne devrait-elle pas être d’éradiquer la pauvreté?», s’interroge l’Utsopi, qui craint une précarisation des prostituées. L’association demande une solution humaine pour les travailleuses du sexe qui se «battent pour leur survie» et finiront par se retrouver dans d’autres communes, selon l’association.

Des nuisances dans le quartier

Un nouveau règlement de police est entré en vigueur cette semaine pour lutter contre les nuisances dans le quartier. Il vise en particulier le racolage et les conducteurs qui provoquent des ralentissements de la circulation. Les policiers ont été sommés de s’emparer de la problématique.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Michèle Plahiers, jeudi 24 août 2017, 12:47

    Relu: La prostitution (pas l'hétaîre sacrée de l'antiques) est une forme d'esclavage qu'il faut bannir. Ces femmes doivent être suivies psychologiquement, avoir droit à une allocation de chômage et une formation. Nombreuses sont celles qui sortent de l'enseignement spécial et ne connaissent même pas leurs droits.

  • Posté par Michèle Plahiers, jeudi 24 août 2017, 12:26

    La prostitution (pas l'hétaîre sacrée des dans antiques) et une forme d'esclavage qu'il faut bannir. Ces femmes doivent être suivies psychologique et avoir droit à une allocation de chômage et une formation. Nombreuses sont celles qui sortent de l'enseignement spécial et ne connaissent m^me pas leurs droits.

  • Posté par Laurent Elens, jeudi 24 août 2017, 11:32

    Pour éradiquer la pauvreté, éradiquons ceux/celles qui travaillent aux tâches les plus astreignantes, pour qu'ils /elles le fasse hors de la vue. Dicton socialiste.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko