La tranchée de Cheratte a besoin d’une rénovation en profondeur

Dans cet article
Le tronçon autoroutier situé entre le viaduc de Cheratte et Melen, dans le sens de la montée, va devoir être rénové en profondeur sur toute la largeur. © TONNEAU.
Le tronçon autoroutier situé entre le viaduc de Cheratte et Melen, dans le sens de la montée, va devoir être rénové en profondeur sur toute la largeur. © TONNEAU.

Cheratte, son viaduc et sa tranchée autoroutière. De mai 2014 à juin 2017, les travaux d’élargissement du pont ont monopolisé les flashs info trafic à cause des embouteillages générés. La patience des automobilistes a de nouveau été mise à rude épreuve en ce mois d’août avec un nouveau chantier de réfection de voiries, occasionnant, lui aussi, quelques engorgements dans la montée de Cheratte.

Encore deux petits jours d’indulgence et l’autoroute sera libérée ce vendredi 25 août, tout juste avant le Grand Prix de F1 pour lequel près de 100.000 spectateurs sont attendus.

Est-ce pour autant la fin de tracas ? Que nenni ! Selon les responsables du district autoroutier de Battice, le tronçon autoroutier situé entre le viaduc de Cheratte et Melen, dans le sens de la montée, va devoir être rénové en profondeur sur toute la largeur. « Le revêtement date de 1988, au moment où l’on a élargi l’autoroute de 3 à 4 bandes. Depuis lors, nous avons fait 3 campagnes de réfection, notamment pour réparer la fondation en béton sur la bande des poids lourds qui, ci et là, présente des signes de fragilité. Mais il y a aussi des fissures entre les 2e et 3e bandes ainsi que des problèmes d’écoulement d’eau. Bref, ce tronçon a besoin d’une rénovation en profondeur sur toute la largeur », explique le responsable du district autoroutier de Battice qui gère ce tronçon.

Les réparations qui s’achèvent cette semaine consistent à enlever, aux endroits où le tarmac est affaissé, la bande de roulement d’environ 5 cm d’épaisseur et de réparer la dalle de béton armé qui se situe en dessous. Ensuite, une nouvelle couche d’étanchéité est coulée avant de poser le revêtement de surface. « Ce type de réparation est susceptible de se multiplier dans les prochaines années, c’est pourquoi il faudrait y aller plus en profondeur et réserver des budgets en conséquence », explique le responsable de la direction des routes de Verviers.

Ce chantier de grande ampleur nécessitera plusieurs mois de travaux. Il n’est pas encore planifié. A coup sûr, il impactera le trafic des véhicules sur ce tronçon parmi les plus fréquentés de Wallonie. Selon le district autoroutier de Battice, il y passe plus de 100.000 véhicules par jour dans chaque sens.

Tronçon fort sollicité

Lors de la construction en 1963, l’autoroute E40 comprend trois bandes dans chaque sens entre Cheratte et Melen-Soumagne et deux bandes entre Melen et Battice. En 1976, on généralise les trois bandes. En 1988, le tronçon Cheratte-Barchon passe à 4 bandes avec une prolongation prévue jusqu’à Melen en prévision de la liaison CHB. En 1998, le revêtement en béton est recouvert d’une bande de roulement. Ensuite auront lieu des campagnes de réparations et un chantier de réfection de la bande de roulement, dès 2012, dans le sens Battice-Cheratte, de l’échangeur de Cheratte ainsi que trois années de travaux pour rénover et élargir le viaduc. « Quoi qu’on en dise, la structure de béton armé continu originelle a généré peu de coûts d’entretien, déclare le directeur du district de Verviers. Mais elle a vécu. Mettre 10 cm d’enrobé au lieu de 5 cm n’empêcherait pas les charges de faire leur œuvre. À terme, il faut refaire la structure portante en béton vu le nombre important de poids lourds qui y passent ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite