La tranchée de Cheratte a besoin d’une rénovation en profondeur

Dans cet article
Le tronçon autoroutier situé entre le viaduc de Cheratte et Melen, dans le sens de la montée, va devoir être rénové en profondeur sur toute la largeur. © TONNEAU.
Le tronçon autoroutier situé entre le viaduc de Cheratte et Melen, dans le sens de la montée, va devoir être rénové en profondeur sur toute la largeur. © TONNEAU.

Cheratte, son viaduc et sa tranchée autoroutière. De mai 2014 à juin 2017, les travaux d’élargissement du pont ont monopolisé les flashs info trafic à cause des embouteillages générés. La patience des automobilistes a de nouveau été mise à rude épreuve en ce mois d’août avec un nouveau chantier de réfection de voiries, occasionnant, lui aussi, quelques engorgements dans la montée de Cheratte.

Encore deux petits jours d’indulgence et l’autoroute sera libérée ce vendredi 25 août, tout juste avant le Grand Prix de F1 pour lequel près de 100.000 spectateurs sont attendus.

Est-ce pour autant la fin de tracas ? Que nenni ! Selon les responsables du district autoroutier de Battice, le tronçon autoroutier situé entre le viaduc de Cheratte et Melen, dans le sens de la montée, va devoir être rénové en profondeur sur toute la largeur. « Le revêtement date de 1988, au moment où l’on a élargi l’autoroute de 3 à 4 bandes. Depuis lors, nous avons fait 3 campagnes de réfection, notamment pour réparer la fondation en béton sur la bande des poids lourds qui, ci et là, présente des signes de fragilité. Mais il y a aussi des fissures entre les 2e et 3e bandes ainsi que des problèmes d’écoulement d’eau. Bref, ce tronçon a besoin d’une rénovation en profondeur sur toute la largeur », explique le responsable du district autoroutier de Battice qui gère ce tronçon.

Les réparations qui s’achèvent cette semaine consistent à enlever, aux endroits où le tarmac est affaissé, la bande de roulement d’environ 5 cm d’épaisseur et de réparer la dalle de béton armé qui se situe en dessous. Ensuite, une nouvelle couche d’étanchéité est coulée avant de poser le revêtement de surface. « Ce type de réparation est susceptible de se multiplier dans les prochaines années, c’est pourquoi il faudrait y aller plus en profondeur et réserver des budgets en conséquence », explique le responsable de la direction des routes de Verviers.

Ce chantier de grande ampleur nécessitera plusieurs mois de travaux. Il n’est pas encore planifié. A coup sûr, il impactera le trafic des véhicules sur ce tronçon parmi les plus fréquentés de Wallonie. Selon le district autoroutier de Battice, il y passe plus de 100.000 véhicules par jour dans chaque sens.

Tronçon fort sollicité

Lors de la construction en 1963, l’autoroute E40 comprend trois bandes dans chaque sens entre Cheratte et Melen-Soumagne et deux bandes entre Melen et Battice. En 1976, on généralise les trois bandes. En 1988, le tronçon Cheratte-Barchon passe à 4 bandes avec une prolongation prévue jusqu’à Melen en prévision de la liaison CHB. En 1998, le revêtement en béton est recouvert d’une bande de roulement. Ensuite auront lieu des campagnes de réparations et un chantier de réfection de la bande de roulement, dès 2012, dans le sens Battice-Cheratte, de l’échangeur de Cheratte ainsi que trois années de travaux pour rénover et élargir le viaduc. « Quoi qu’on en dise, la structure de béton armé continu originelle a généré peu de coûts d’entretien, déclare le directeur du district de Verviers. Mais elle a vécu. Mettre 10 cm d’enrobé au lieu de 5 cm n’empêcherait pas les charges de faire leur œuvre. À terme, il faut refaire la structure portante en béton vu le nombre important de poids lourds qui y passent ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Rénovation|Transport routier
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Bruno d’Alimonte/Le Soir

    Didier Reynders exprime ses ambitions au «Soir»: «Le casting bleu est logique»

  2. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Marche des jeunes pour le climat: les filles et les mecs à égalité

  3. Les présidents de 114 conférences épiscopales de tous les continents se retrouvent de jeudi à dimanche prochain au Vatican, à l’appel du pape François.

    Pédophilie: l’heure de vérité pour le Vatican

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite