Accueil Monde États-Unis

Joe Arpaio, «le shérif le plus dur d’Amérique»

Il a été condamné pour son zèle à traquer les clandestins. Le président Donald Trump l’a gracié.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 3 min

Quand l’Amérique, catastrophée, observait le triomphe de Donald Trump, le 8 novembre 2016, Phoenix, en Arizona, exultait. Le même jour, le comté de Maricopa venait de voter la non-réélection d’un véritable épouvantail, le shérif Joe Arpaio, battu par un rival démocrate modéré, Paul Penzone. Terreur des immigrants clandestins, ce sympathisant de Trump était bien parti pour décrocher un poste ministériel. Le président milliardaire, en transition vers la Maison-Blanche, aurait aimé avoir ce « dur » à ses côtés, enthousiaste à l’idée d’ériger un mur sur la frontière avec le Mexique. Plombé par son désaveu dans les urnes, rattrapé par des ennuis judiciaires, Arpaio est donc resté en gare. Content, malgré tout, de savourer une retraite légitime, à 85 ans, après une carrière longue de… 62 ans dans la police ! Mais un peu amer que son téléphone ne sonne presque plus, à présent qu’il cherche à s’occuper, depuis son domicile de Fountain Hill, et que les médias du monde entier ne se pressent plus à sa porte.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs