De Croo (VLD): «Privatiser la SNCB? Oui, mais pas dans l’immédiat»

© Bert Van Den Broucke / Photo News.
© Bert Van Den Broucke / Photo News.

Privatiser la société nationale des chemins de fer ? L’idée a été lancée par le ministre des Finances. Le Premier ministre l’a ensuite battue en brèche.

Le commentaire du vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement, de l’Agenda numérique, des Télécoms et de la Poste, Alexander De Croo (VLD).

Privatiser la SNCB, vous dites oui ?

Oui, mais pas tout de suite. Pas dans l’immédiat. Et certainement pas dans l’objectif de recueillir de l’argent pour faire baisser la dette. Pour ça, on a d’autres moyens, comme la recherche de l’équilibre budgétaire. Non, toute privatisation viserait à rendre l’entreprise plus efficace, plus performante. Voyez la poste et Belgacom : l’Etat a ouvert le capital au privé, et ces sociétés tournent beaucoup mieux. La concurrence est un plus.

Revenons à la SNCB : on ne privatisera pas dans l’immédiat dites, vous. Quand alors ?

Il faut d’abord réorganiser la société. Remettre de l’ordre. La gouvernance, la bonne gestion, la transparence, la bonne santé financière, ce sont là des paramètres primordiaux. Les partenaires privés entreront en scène ensuite. Aujourd’hui, en termes de performances générales sur le rail, la SNCB est 30 % plus faibles que la moyenne européenne. Avec le gouvernement, nous voulons rétablir les choses. La privatisation, ce sera plus tard.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous