Accueil Belgique Politique

Paul Magnette au «Soir»: « Le PS n’est pas une religion mais un engagement spirituel»

Un père médecin communiste, une mère avocate engagée socialement, une enfance dans les quartiers pauvres de Charleroi : les racines de l’intellectuel Paul Magnette.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 10 min

Ejecté de l’Elysette le 28 juillet, l’ex-ministre-président wallon Paul Magnette se montre serein en nous recevant, moins d’un mois plus tard, dans sa maison d’ingénieur des charbonnages de Mont-sur-Marchienne. Pull noir, pantalon anthracite, lunettes noires : nouveau look pour une nouvelle vie ? Le socialiste l’assure : il a passé «  les meilleures vacances de sa vie  » : «  j’ai eu plein de temps avec ma compagne, mes enfants. Je retrouve une vraie sérénité, je dors mieux  ». Si amertume il y a, il n’en montre rien. Mais il se livre «  comme jamais  » et règle quelques comptes, en particulier avec Benoît Lutgen qui l’a «  trahi personnellement  ». La trahison, on le verra, presque un fil conducteur…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Taverne Henry, dimanche 27 août 2017, 14:52

    L'entreprise du grand'père qui fabrique des billes de billard dans le Tournaisis est connue mondialement : Paul Magnette aime citer cette réussite industrielle qui n'a rien de socialiste mais, relève de l'esprit d'entreprendre d'un Wallon courageux qui n'a jamais profité de l'assistanat socialiste qui démontive et n'encourage pas les talents et initiatives des Wallons.

  • Posté par Serge Vandeput, dimanche 1 juillet 2018, 12:03

    On devrait imprimer Le Soir sur papier rouge, ce serait plus honnête vis à vis du lecteur.

  • Posté par bernard delpierre, dimanche 27 août 2017, 10:28

    Les fers de lance de la soi disant révolution soixante huitarde étaient tous fils de grands bourgeois ( coeur à gauche mais portefeuille bien serré à droite) et qui déjà lassés des biens matériels dans lesquels ils nageaient, se sont cherché des raisons pour foutre le bordel dans une société qu'ils vomissaient. Au moins, ses parents semblent avoir joint leurs actions à leurs pensées ce qui est assez rare pour être souligné. Quant à ses réflexions sur le côté Brutus de certains politiciens, il a sans doute raison sauf que Brutus n'a pas cherché à régner à la place de Cesar et sauf aussi que la toile de corruption tissée par le PS s'étant enfin déchirée, les montants des dégâts commis pèseront davantage sur le retard de la région que les avancées du plan marshall.

  • Posté par Lambotte Serge, dimanche 27 août 2017, 0:32

    Mon journal a décidément choisi d'essayer de redorer le blason socialiste,excusez du peu:M.C,B.DX et MA.D.;Ces trois là:Ou bien ils sont mordus, ou bien il n'ont pas tout compris.Quant à mon abonnement........................

  • Posté par Nicolay Jean-marie , dimanche 27 août 2017, 8:54

    Si vous n'êtes pas d'accord, personne ne vous retient, na!

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs