Militaires agressés à Bruxelles: une perquisition menée au domicile de l’assaillant (vidéo)

Edition numérique des abonnés

L’identité de l’homme qui a attaqué trois militaires au couteau vendredi soir sur le boulevard Emile Jacqmain à Bruxelles est connue, a annoncé samedi matin le ministre de l’Intérieur Jan Jambon sur les ondes de Radio 1. Il s’agit d’un homme d’origine somalienne, mais de nationalité belge, né en 1987. Arrivé en Belgique en 2004, il n’était pas fiché pour terrorisme, extrémisme ou radicalisme mais était connu « pour un fait de coup et blessures en février 2017 », précise le parquet fédéral.

L’assaillant ayant crié à deux reprises « Allah Akbar », le parquet a ouvert, dès vendredi soir, une enquête pour « tentative d’assassinat dans un contexte terroriste ». Le parquet fédéral a mené, dans la nuit, une perquisition dans la maison de l’assaillant à Bruges. Lors de l’attaque, l’homme était en possession d’une arme factice et de deux livres du Coran pendant l’attaque, a précisé le parquet. « Dans l’intérêt de l’enquête », aucun autre détail ne sera communiqué.

Selon Jan Jambon, les militaires ont agi en état de légitime défense. « Les militaires ont fait ce qu’ils avaient à faire. C’est la tâche des soldats et de la police de protéger les citoyens et les institutions. Ils ont parfaitement agi. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si nous le voulons, nous pouvons constituer une coalition de bonne volonté, avec un parlement actif, engagé, et un gouvernement qui doit assumer ses responsabilités
», a dit Charles Michel. on connaît la suite.

    Comment le gouvernement Michel II est tombé

  2. B9715288930Z.1_20180404203914_000+GF5B1CV05.1-0

    Crise gouvernementale: quand va-t-on voter ?

  3. Belga.

    Crise gouvernementale: ces dossiers de la suédoise qui resteront en rade

Chroniques
  • «Quid N-VA»: 11 ans plus tard, toujours la même question...

    L’ancien Premier ministre Jean-Luc Dehaene répétait souvent qu’il était un homme politique « d’un autre siècle ». Cette considération s’avéra véridique quand l’ancien Premier ministre se rendit en août 2007 au palais royal pour aviser le roi en tant que ministre d’État. A cette époque, les négociations pour un gouvernement orange bleu à Val Duchesse avaient calé, et dans une atmosphère « de parfum de crise », le roi Albert II consultait ses ministres d’État pour permettre aux principaux négociateurs – Yves Leterme pour le cartel CD&V/N-VA et Didier Reynders pour le MR – de trouver un deuxième souffle. L’ancien Premier ministre – bien qu’il fût photographe amateur, mais manifestement d’un autre siècle – avait sous-estimé la puissance de la photographie digitale. Lors de son passage aux grilles du palais royal, Dehaene se fit photographier avec un document sur les genoux, dans lequel était notée la phrase «  Quid N-VA  ».

    ...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: quel désastre pour la politique

    Après trois semaines en absurdie, le Premier ministre a remis hier soir son sort et celui de son gouvernement entre les mains du Roi. Plus rien sur le pouvoir d’achat, plus rien sur le climat et un budget en douzièmes provisoires : la Belgique se retrouve dans une situation irresponsable.

    Le monde politique, après avoir fortement déstabilisé l’opinion publique par des jeux ubuesques, donnait toujours hier soir des signaux très inquiétants. Il continuait à être obsédé par un objectif :...

    Lire la suite