Hockey : les Red Lions s’inclinent en finale de l’Euro face aux Pays-Bas (2-4)

L’équipe nationale messieurs de hockey n’a pas réussi a décroché le titre de championne d’Europe, dimanche au Wagener Stadium d’Amsterdam. En finale du tournoi continental réunissant les huit meilleures équipes européennes, les Red Lions ont été battus par le pays hôte des Pays-Bas, 4e nation mondiale et tenant du titre, par 2 buts à 4 (mi-temps : 2-0). Les hockeyeurs belges, 5e mondiaux et vice-champions olympiques l’an dernier à Rio, passent ainsi à côté de leur premier grand sacre international. Il y a quatre ans, lors de son Euro à Boom, la Belgique avait déjà échoué in-extremis dans sa quête de la médaille d’or, battue en finale 3-1 par L’Allemagne.

La partie débuta à toute vitesse, avec un petit avantage pour les Oranje, qui virent une reprise de Bjorn Kellerman échouer juste à côté du poteau droit de Vincent Vanasch (4e). La Belgique, avec Arthur De Sloover qui retrouva du temps de jeu malgré sa fracture au pouce gauche, laissa passer l’orage avant d’être à nouveau très réaliste dès ses premières incursions dans le cercle du gardien adverse Pirmin Blaak. Si un but accordé à Cédric Charlier fut justement annulé pour ne pas avoir touché la balle, la phase de penalty corner (pc) qui en suivit fut transformé d’un envoi à plat par Tom Boon (8e). Le jeu se calma ensuite jusqu’à la moitié du deuxième quart, lorsque les Pays-Bas obtinrent leurs meilleures chances sur trois pc, mais sans réussite. A deux minutes du repos, un centre de Simon Gougnard fut détourné de manière spectaculaire par Cédric Charlier, trompant le deuxième gardien batave, San van der Ven, aussi mal inspiré que lors du match de la phase de poules, lorsque les Red Lions dominèrent leurs voisins du nord par 5-0.

Les Red Lions semblèrent imperturbables, faisant preuve d’un bel esprit collectif, jusqu’à la 37e minute, lorsque la défense laissa trop d’espace à Robbert Kemperman sur une balle aérienne. L’attaquant de Kampong, isolé, fusilla Vanasch de près pour diminuer l’écart (2-1).

Les 10.000 personnes du Wagener Stadium, toutes dévouées aux Pays-Bas, se réveillèrent et portèrent leur équipe, alors que la Belgique peina à retrouver sa sérénité. Vanasch dut intervenir en fin de 3e quart, mais s’avoua battu sur le 5e pc néerlandais à 29 secondes de la fin de la période. La balle s’échoua d’abord sur la latte transversale avant que Micro Pruijser n’utilise toute sa puissance sur le rebond (2-2).

Dans le dernier quart-temps, hormis un tir de revers de Sébastien Dockier, la Belgique ne se montra plus dangereuse. Pire, Emmanuel Stockbroeckx fut exclu pour 5 minutes, provoquant un pc, qui, s’il ne fut pas directement exploité, permit à Mink van der Weerden de donner l’avantage à son équipe sur le suivant (51e). Jouant sans gardien durant les trois dernières minutes, les Red Lions encaissèrent un 4e but sur contre-attaque à 17 secondes du terme (2-4).

Les Pays-Bas décrochent ainsi leur 5e sacre continental, conservant leur titre acquis il y a deux ans à Londres, lorsqu’ils avaient écrasé l’Allemagne par 6-1.

Les Belges, qui obtiennent leur 3e médaille après celle de bronze de Manchester (2007) et d’argent à Boom (2013), se contenteront du titre de meilleur joueur du tournoi accordé à Arthur Van Doren et celui de meilleur gardien revenant à Vincent Vanasch.

La Belgique (FIH 5) s’est inclinée en finale de l’Euro de hockey messieurs, dimanche, à Amsterdam. Les Red Lions ont été battus 4-2 par les Pays-Bas (FIH 4) alors qu’ils menaient 2-0 à la pause.

Tom Boon (8e sur penalty-corner) et Cédric Charlier (28e) ont donné un double avantage aux Red Lions. Robbert Kemperman (37e), Mirco Pruyser (45e) et Mink van der Weerden (51e) ont renversé la situation en faveur des Oranje. Pruyser a fixé le score à 4-2 en fin de match (60e).

Les Pays-Bas conservent leur titre et décrochent un cinquième sacre européen. La Belgique disputait sa deuxième finale d’un Euro après celle de 2013 à Boom. Elle avait alors perdu contre l’Allemagne.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Philippe Moureaux, sa lutte finale

  2. 10754956-005

    Coupe du monde de hockey: la copie parfaite des Red Lions

  3. ALL

    Elections anticipées: retour à la ligne claire pour la N-VA

Chroniques
  • Chroniques et chroniqueurs: à quoi servent-ils?

    Il est d’usage, en fin d’année, de faire des bilans et d’émettre des vœux. Voilà trois ans que je tiens cette chronique, laquelle est la 153e publiée sur le site du Soir ; l’occasion, pour une fois, de me conformer à l’usage…

    Pour être précis, j’ai commencé les chroniques dans les pages du Soir en 2002. Je peux déjà faire une double constatation : les sujets qui agitent l’actualité aujourd’hui étaient présents à l’époque (montée des extrêmes droites, du nationalisme, du repli identitaire, du populisme ; terrorisme islamiste et d’extrême droite ; défi climatique ; délitement de la démocratie représentative ; financiarisation outrancière du monde et soumission du politique à la finance) ; leur acuité n’a fait que se renforcer, parce que les réponses qui y ont été apportées ont été insuffisantes, inefficaces, voire absentes.

    Il n’y a, je pense, pas grand intérêt à publier des volumes de chroniques, car celles-ci sont le plus souvent ancrées dans une actualité singulière, quand bien même, à la différence d’un...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite