Jeholet durcit déjà le ton avec le Forem et les demandeurs d’emploi

Jeholet durcit déjà le ton avec le Forem et les demandeurs d’emploi

En charge de l’économie mais aussi de l’emploi et de la formation au sein du gouvernement wallon MR-CDH, le libéral Pierre-Yves Jeholet n’aura pas mis longtemps à trouver ses marques dans des matières qu’il connaît par coeur pour les avoir pratiquées durant de longues années depuis les bancs de l’opposition. Pour l’emploi, le Verviétois succède à la socialiste Eliane Tillieux dont il avait fait sa cible préférée, la qualifiant même de « ministre du chômage ».

La situation reste contrastée au sud du pays. En août, le taux de chômage a poursuivi une courbe uniformémement descendante depuis trois années. Mais il reste deux fois supérieur à celui de la Flandre avec des pics douloureux pour les jeunes demandeurs d’emploi et un taux d’activité qui reste insuffisant. Pierre-Yves Jeholet fera-t-il mieux que ses prédécesseurs ?

« Je veux que le Forem en finisse avec la culture de l’excuse »

Le nouveau ministre l’espère, mais il durcit aussi le ton : « Je ne veux pas sombrer dans la caricature, nous explique-t-il un mois après son entrée en fonction. Il ne faut laisser personne sur le bord de la route, il faut tendre la main à tous une fois, deux fois, plus si nécessaire. Les politiques ont une grande responsabilité. Mais je dis aux demandeurs d’emploi que si nous pouvons les aider, avec les entreprises et les opérateurs publics, il leur revient de se prendre en mains. »

Avec ses 4.500 agents et son budget de 2,4 milliards, le service régional doit être le moteur des politiques de l’emploi. Pierre-Yves Jeholet l’estime aujourd’hui trop « gentil », pas assez proactif ou directif avec le public qui le fréquente : « Je connais la précarité et la fragilité de bon nombre de demandeurs d’emploi. Mais je veux que le Forem en finisse avec la culture de l’excuse qui déresponsabilise les gens. Un chômeur qui ne répond pas à une convocation, c’est anormal ! Les règles doivent être appliquées strictement, les sanctions également. »

Tous les détails dans Le Soir+

Sur le même sujet
Chômage
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  2. PHOTONEWS_10798099-022

    Le PS bruxellois a osé exclure Emir Kir

  3. Conner Rousseau ne porte pas un pull à capuche uniquement pour une question de confort. Le président du SP.A a lancé sa propre ligne de vêtements au profit des centres de préventions pour le suicide. Ces derniers sont menacés par les mesures d’économies du gouvernement flamand. © Pierre-Yves Thienpont.

    Conner Rousseau (SP.A) au «Soir»: «Des élections? Ce serait la fin de la Belgique!»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite