Les militaires se préparent à rester dans les rues jusqu’en 2020

©Bruno D’Alimonte / Le Soir
©Bruno D’Alimonte / Le Soir

L’Etat-major de l’armée s’attend à ce que les militaires restent encore quelques années dans les rues. Leur programme d’entraînement a dès lors été adapté, explique le général-major Marc Thys, lundi, dans les colonnes du quotidien De Standaard. Il est prévu dans le planning de la Défense que l’opération Homeland se poursuive jusqu’en 2020. Par conséquent, le programme des entraînements a été revu : les exercices de grande ampleur impliquant plusieurs unités sont privilégiés, tandis que les compétences qui ne sont pas nécessaires dans le cadre des patrouilles en rue sont momentanément mises de côté.

«  Nous devons être prêts et entraînés pour effectuer toutes nos missions  », commente Marc Thys. «  Mais le moral des troupes reste notre plus grand défi. En moyenne, les militaires sont dans la rue pendant six mois. Nous visons un tiers de moins  », poursuit-il. Le général-major souhaite que les militaires patrouillent davantage et restent moins immobiles face aux bâtiments stratégiques.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HAZARDVERT4

    Football Leaks: le juteux business d’Eden Hazard

  2. Bart De Wever, président de la N-VA et Charles Michel restent en opposition sur le pacte migratoire.

    Pourquoi Bart De Wever s’obstine à dénoncer le pacte migratoire

  3. d-20181011-3P1HEU 2018-11-20 16:42:57

    Veljkovic, l’homme qui peut faire tomber tout le football belge

Chroniques
  • Quel sera le nouveau mot de l’année?

    Quel sera le « nouveau mot de l’année » 2018 ? L’an dernier, c’est « Fake news » qui avait emporté les suffrages des lecteurs du Soir. Lequel lui succédera ?

    Pas de changement pour ce quatrième millésime de l’opération menée par Le Soir et l’UCL. La formule reste la même. Et l’objectif aussi : il s’agit toujours, en s’appuyant sur les propositions du grand public, de faire émerger le mot ou la locution qui a connu une diffusion significative en 2018 et que l’on ne trouve pas encore dans l’édition la plus récente des dictionnaires usuels du français tels que le Petit Robert ou le Larousse.

    Concrètement : la première phase est lancée ce mercredi. Il s’agit de recueillir les propositions des lecteurs du Soir via notre site internet. C’est important : le mot ou la locution que vous soumettrez doit être accompagné d’une (courte) définition. Il est possible de soumettre des propositions de néologismes jusqu’au 30 novembre.

    En...

    Lire la suite

  • Le «footbelgate», labo judiciaire

    L’affaire du Footbelgate sera aussi un laboratoire judiciaire. L’accès au statut de repenti de l’agent de joueurs Dejan Veljkovic, avec lequel le parquet fédéral a signé un mémorandum prévoyant une peine de 5 ans de prison avec sursis et 80.000 euros d’amende en échange d’informations « substantielles, révélatrices et complètes », jusqu’alors inconnues de la justice, est une première en Belgique depuis l’adoption de la loi sur les repentis publiée au Moniteur belge le 7 août dernier....

    Lire la suite