L’école nouvelle Enova cartonne

Le presbytère d’Attert où sera implantée la nouvelle école. © S.P.
Le presbytère d’Attert où sera implantée la nouvelle école. © S.P.

Une dynamique exceptionnelle existe autour de ce projet qui se concrétisera à la rentrée, à Attert. Les futurs enseignants, les ouvriers communaux, la direction et les parents d’élèves se sont mobilisés durant les grandes vacances pour que les locaux – mis à disposition par la commune dans l’ancien presbytère, en face de l’église – soient fin prêts pour accueillir les 80 élèves des niveaux maternel et primaire (répartis en cinq classes).

Avant même d’ouvrir ses portes, cette nouvelle école communale cartonne déjà. « Il ne s’est pas passé un jour, cet été sans que je reçoive un coup de fil pour une inscription  », explique le directeur de l’implantation, Jean-François Fonck. Au total plus de 200 demandes !

D’emblée le directeur souligne : « Ouvrir un nouveau type d’école ne veut pas dire que les autres, sur le territoire de la commune, sont mauvaises. Loin de là. D’ailleurs beaucoup d’enseignants des différentes implantations sont ouverts à des pédagogies novatrices. Simplement, cette école constituera une offre supplémentaire ».

Pour rappel, cette école est née d’un collectif de citoyens d’Arlon et d’Attert qui souhaitaient l’ouverture d’une école différente. Le projet était au départ envisagé sur Arlon mais il n’y a pas eu de volonté politique de le concrétiser.

Les personnes se sont alors tournées vers Attert où immédiatement le bourgmestre Josy Arens et Jean-François Fonck, déjà directeur d’école dans la commune, ont été séduits. Et le projet a pu être mis sur pied.

Très tendance, ce nouveau type de pédagogie vise à défendre des valeurs comme la solidarité, la coopération, la vie en société grâce à l’apprentissage en groupe.

« Ce n’est pas pour rien que la devise de l’école est : Apprenons ensemble  » souligne Jean-François Fonck. Dans cette école, l’éveil et l’apprentissage des élèves se fait sur base de thèmes étudiés dans les différentes branches, tout en respectant les programmes. Tout est lié en quelque sorte. L’apprentissage est aussi « vertical ». À certains moments, les plus grands travaillent avec les plus petits.

Il n’y a plus de points, de sanctions ou de bulletins : « Ces notions sont remplacées par un portfolio d’apprentissage, dans lequel l’enfant fait la preuve, par écrit, de tout ce qu’il a appris. Cela se fait de façon respectueuse, sans sanction  » explique le directeur. Il ajoute. « Dans cette méthode, le droit à l’erreur est important. On apprend aux élèves à profiter d’un échec pour rebondir. Cette méthode vise aussi à développer la confiance en soi, la solidarité, le bien-être dans l’établissement. Il s’agit d’apprendre autrement en expliquant aussi l’importance de multiplier les sources : internet, mais aussi les livres, les encyclopédies, etc. Il s’agit de construire les apprentissages avec les enfants. Ils en deviennent acteurs ».

Il ne faudrait pas croire que l’école fonctionne sans règles : « Simplement elles sont établies avec les élèves  », explique Jean-François Fonck.

Il n’a pas été difficile de trouver des enseignants ouverts à cette méthode. Des transferts ont été opérés avec d’autres écoles de la commune. Au total, la nouvelle école permet la création de cinq équivalents temps plein pour les cours et de trois postes d’accueillantes extrascolaires. Celles-ci, également très motivées, poursuivront l’esprit de la méthode enseignée en cours de journée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous