Accueil Société Régions Namur-Luxembourg

Deville ne peut plus parler au nom de la commune

La campagne électorale commence déjà à Ciney : Jean-Marie Cheffert a décidé de reprendre toute la communication officielle. « C’est moi qui suis visé », réagit son rival Frédéric Deville.

Temps de lecture: 4 min

A Ciney, le bourgmestre Jean-Marie Cheffert (MR) a décidé de reprendre la main dans la communication de la commune. Le 21 août dernier, via une délibération du collège communal, il a été décidé qu’il serait le seul à pouvoir communiquer avec les médias. Le bourgmestre répondra aux questions lui-même ou « via un membre du collège disponible et qu’il désignera ». À notre connaissance, dans la Province de Namur, Ciney est la seule commune à procéder de la sorte.

Il faut rappeler que la situation politique locale est très particulière. L’échevin Frédéric Deville est en guerre ouverte avec Jean-Marie Cheffert. Il veut d’ailleurs clairement prendre sa place en 2018 : avec les socialistes et les CDH, il a lancé la liste ICI (Intérêts Cinaciens), destinée à renvoyer Jean-Marie Cheffert dans l’opposition.

Cette nouvelle délibération du collège communal vise-t-elle à empêcher Frédéric Deville de parler ? On peut le penser. Et l’intéressé, lui, en est certain. « C’est moi qui suis visé, j’ai des mails qui peuvent en attester », réagit-il. « Ce n’était même pas à l’ordre du jour. Et ils ont profité d’un collège communal où je n’étais pas là. »

Dans les faits, cependant, « ça ne change rien. Ça ne m’empêche pas de parler ni d’envoyer des mails. Encore une fois, c’est irraisonné. Je ne comprends pas comment quelqu’un qui est avocat (c’est le cas de Jean-Marie Cheffert, NDLR) peut faire passer une décision comme ça. »

Plus généralement, s’il ne s’est pas fait retirer ses compétences, Frédéric Deville se plaint qu’on l’empêche de les exercer pleinement. « En tout cas, je ne peux plus rien faire passer de nouveau. Et comme échevin de la communication, par exemple, je ne peux par exemple plus relire le bulletin communal… Et maintenant, je ne pourrais plus parler à la presse ?  »

De son côté, Jean-Marie Cheffert justifie la décision du collège par un souci de cohérence. « Nous avons décidé, pour qu’il n’y ait pas de communication dans tous les sens, d’avoir une communication unique au collège pour tout ce qui concerne la ville de Ciney. Si ce n’est pas respecté, la tutelle sera saisie du problème. »

Le bourgmestre cinacien est toutefois bien conscient qu’il ne peut empêcher Frédéric Deville de s’exprimer. « Bien sûr, je ne peux pas interdire à un échevin d’écrire à un journal ou de parler à un journaliste. Mais je signale à la presse que la communication de Frédéric Deville ou d’un autre échevin n’est pas nécessairement la position officielle du collège. C’est une question de clarté. »

En d’autres mots, s’il ne peut pas empêcher Frédéric Deville de parler comme candidat, Jean-Marie Cheffert ne veut plus qu’il s’exprime au nom de la commune. « Cette délibé a pour but de dire que quand Frédéric Deville s’exprime, il ne s’exprime pas au nom du collège », confirme le bourgmestre.

La décision montre bien la situation tendue qui existe à Ciney. « C’est particulier et très difficile », reconnaît Jean-Marie Cheffert. Le bourgmestre a en effet perdu sa majorité, ce qui l’empêche de démettre son rival. Et ce dernier refuse de quitter son poste d’échevin. « Emmanuel Macron était ministre de François Hollande. Il a démissionné quand il a créé son mouvement. C’est logique. Ici, Frédéric Deville dit qu’il n’est plus d’accord avec moi, il crée son mouvement. Mais il reste membre du collège… Il touche toujours 1.800 € par mois… Mais ça ne va pas : on a aujourd’hui quelqu’un qui assiste au collège et qui en profite pour prendre des informations pour sa future campagne électorale !  »

À Ciney, plus qu’ailleurs, il est grand temps que les élections communales arrivent. Jusqu’ici, trois listes sont attendues : une liste Ecolo, une liste du bourgmestre et une liste ICI. Mais à moins d’une immense surprise, la place de bourgmestre se jouera entre Jean-Marie Cheffert et Frédéric Deville. Et ça risque bien d’être serré.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Namur-Luxembourg

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo