Accueil Monde

«La mer devient mauvaise, le bois résiste mieux»

L’hiver arrive. Et l’idée de centaines de milliers de réfugiés sans abri sur les routes d’Europe se concrétise chaque jour un peu plus. L’Union europénne vient donc d’annoncer la création de 100.000 places d’accueil tout au long du voyage. Dont plus de la moitié dans le principal pays d’arrivée, la Grèce, et le reste dans les Balkans.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Athènes a déjà accepté le principe d’installer sur les îles de Lesbos, Kos, Samos, Chios et Léros des centres d’accueil ou « hots spots » en charge non seulement d’identifier et d’enregistrer (nom, origine, empreintes digitales, etc.) les réfugiés qui débarquent sur ces îles de la mer Egée mais aussi d’opérer un tri. Entre ceux – Syriens, Irakiens, Erythréens – susceptibles de pouvoir bénéficier à terme de l’asile politique en Europe et les autres, considérés comme de « simples » migrants économiques, voués à être rapatriés dans leurs pays d’origine.

Pour l’instant seul le centre de Lesbos, permettant d’accueillir environ 1000 migrants est opérationnel et déjà largement débordé. Car arrivent encore, malgré la mauvaise mer, plus de 2000 personnes chaque jour sur l’île.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Salman Rushdie: un symbole poignardé

Le célèbre écrivain d’origine indienne a subi une agression au couteau à New York. Depuis 33 ans, sa dimension littéraire a été occultée par une vision réductrice d’une œuvre ample et généreuse.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs