Le prix moyen des appartements sur la digue à la Côte belge est en baisse

© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir

Le prix moyen d’un appartement sur la digue, à la Côte belge, a baissé de 8,3 % au premier semestre 2017 par rapport aux six mois précédents, selon le baromètre des notaires publié mardi. Le prix d’un appartement sur la digue reste 15,7 % plus élevé qu’un appartement côtier et s’élève en moyenne à 315.907 euros.

« Les appartements sur la digue se vendent actuellement moins bien sur le marché. En général, il s’agit d’appartements anciens qui nécessitent plus souvent des travaux de rénovation, en fonction de leur situation spécifique. Ces frais supplémentaires rebutent un grand nombre d’acheteurs potentiels », constate le notaire Bart Van Opstal, porte-parole du notariat. Le prix moyen d’une maison a la Côte a également diminué, de 4,2 %, à 267.989 euros. Un prix qui n’en est pas moins, en moyenne, 14 % supérieur à une maison en Belgique et 13 % supérieur en Flandre occidentale.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Illu_SalairesWEB (1)

    Baromètre de la relance: augmenter les salaires pour relancer l’économie?

  2. PETRA DE SUTTER

    Les Racines élémentaires de Petra De Sutter: «A l’adolescence, je me sentais coupable, mauvaise, différente, isolée, seule, pas comprise»

  3. Sabine Stordeur: «Avoir un choc anaphylactique la première semaine, c’était notre hantise!»

    Mesures contre le coronavirus: «La tendance n’est pas au relâchement»

La chronique
  • La chronique Carta Academica: «Vers des soins de santé durables en Belgique? Un monde en mutation»

    La pandémie de Covid a cruellement mis en évidence les dysfonctionnements de notre système de soins de santé. Si les soignants de terrain se sont jetés corps et âme dans la lutte contre la maladie, ils ont rarement eu les moyens d’y faire face adéquatement et en sécurité. Les conséquences pour la population sont énormes. La complexité de notre fameuse « lasagne institutionnelle », le sous-financement des soins et l’absence d’anticipation de crises sanitaires pourtant prédites par de nombreux spécialistes, y ont largement contribué. Il semble qu’actuellement, la volonté politique de remédier à ces difficultés existe. Le temps est donc venu d’ouvrir le débat sur les objectifs et l’organisation des soins de santé du futur (proche).

    Par ailleurs, nombreuses sont les voix qui se sont élevées pour demander que nous prenions collectivement la mesure de l’avertissement sévère que nous adressent l’...

    Lire la suite

  • Apprendre à vivre malgré, pas sans le virus

    Très difficile. Pour tout le monde. La lutte contre le coronavirus est décidément réservée à des athlètes de compétition. Depuis des mois en effet, c’est comme si on reculait la ligne d’arrivée à chaque fois que nous commençons à l’envisager. Ce fut d’abord la deuxième vague à la fin de l’été, alors qu’on pensait reprendre une vie quasi normale. Ce fut ensuite ce décembre maudit où les réveillons ont été reportés aux calendes grecques. Et ce sont aujourd’hui les « variants » venus de Grande-Bretagne, d’Afrique du Sud et surtout...

    Lire la suite