Rafle de 1942: les Marolles se souviennent

Dans cet article
Herschel Grynszpan passera deux
ans dans les prisons françaises avant d’être envoyé en Allemagne. © D.R.
Herschel Grynszpan passera deux ans dans les prisons françaises avant d’être envoyé en Allemagne. © D.R. - D.R.

Il est 20 h 30, le 3 septembre 1942, lorsque les Allemands commencent à quadriller le quartier des Marolles, pour procéder à une rafle. En encerclant le quartier, les autorités nazies coupent toute possibilité de fuite, pendant que les autres effectifs sillonnent les rues, s’introduisant dans les immeubles et maisons afin d’y déloger les étrangers juifs, qui y résident. Une fois la fouille des habitations réalisée et les familles amenées au point de rassemblement, les soldats nazis inscrivent sur les portes des bâtiments le mot « Judenrein » : « sans juif ».

Gertrude Grunblatt, âgée de 15 mois à l’époque, ou encore Hélène et Isidoor Domb, de 2 et 5 ans, font partie des 718 personnes qui, cette nuit-là, sont capturées sans distinction d’âge ou de sexe, pour être amenées au camp de rassemblement de Malines, à partir duquel ils seront à nouveau déportés, cette fois, vers Auschwitz, où la plupart trouveront la mort.

C’est à ces personnes que l’Association pour la Mémoire de la Shoah rendra hommage, dimanche, lors du 75e anniversaire de la « Rafle des Marolles ». À cette occasion, de nombreux invités sont attendus, et notamment Joseph Nowak, témoin de la rafle alors qu’il n’avait que 7 ans. « Sa mère l’avait caché dans une armoire après avoir vu les nazis arriver dans la rue. Elle l’a ensuite renversée pour que ceux-ci ne trouvent pas Joseph lorsqu’ils fouilleront la maison. Ce sont finalement des pilleurs, venus le lendemain pour chercher les affaires abandonnées qui trouveront l’enfant encore pétrifié dans l’armoire. Il sera remis à un policier bruxellois qui l’amènera dans une institution religieuse catholique, le sauvant du sort qui lui était réservé par les nazis. » raconte Éric Picard, administrateur délégué de l’association.

À cette occasion, le square qui se situe devant l’Église de la Chapelle sera baptisé « square Grynszpan », en hommage à Herschel Grynszpan, juif allemand d’origine polonaise à l’origine du premier acte de résistance en territoire allemand contre un officiel nazi.

Plus aucune trace de Herschel n’a été retrouvée depuis 1945, mais son histoire débute en 1936, lorsqu’il vit, dans sa ville natale de Hanovre, les persécutions contre les Juifs et les premières lois antisémites. À cette époque, Herschel décide de se réfugier en Palestine. Il ne dépassera même pas Paris. Herschel arrivera d’abord à Bruxelles, dans le quartier des Marolles, et plus précisément rue des Tanneurs, où il vivra et travaillera dans une quincaillerie pendant plusieurs mois, cette même rue qui, quelques années plus tard, verra 43 de ses habitants capturés par les Allemands.

En 1937, Herschel part à Paris, et s’installe dans le 11e arrondissement. Un an plus tard, il reçoit une lettre de sa sœur, Berth, lui racontant les horreurs vécues par la communauté juive de Hanovre. La famille Grynszpan est, elle, déportée au camp de Sbaszyn, à la frontière germano-polonaise. Herschel prend alors la décision de les venger, et souhaite retourner en Allemagne. Pourtant, Ernst vom Rath lui refusera le visa, prétextant qu’il n’est pas allemand, et s’il n’est pas polonais, c’est qu’il est apatride. Une dispute s’ensuit et Herschel tire 5 coups de feu sur le conseiller à l’ambassade d’Allemagne. Cet événement se produit le 7 novembre 1938, le lendemain, vom Rath succombe de ses blessures et est immédiatement promu conseiller de première classe par Hitler, invoquant ce crime pour justifier les Nuits de Cristal des 10 et 11 novembre.

Programme

21 pavés de mémoire

Les commémorations débuteront en début de soirée dimanche, à 18 h, au square Grynszpan, à l’angle des rues des Tanneurs, du Miroir et des Brigittines.

À partir de 19 h, 21 « pavés de mémoire » seront déposés dans le quartier des Marolles. Ces pavés de bétons sont l’œuvre de l’artiste berlinois Gunter Demnig. Ils sont recouverts sur une seule face d’une plaque en laiton sur laquelle est inscrit le destin d’une victime du nazisme. Ces pavés sont donc des hommages individuels à des personnes assassinées par le IIIe Reich, il en existe plus de 65.000 à travers le monde. À 20 h 30, le cardinal de Belgique, Monseigneur Joseph De Kesel tiendra une conférence sur « la mémoire de la Shoah en Belgique et l’Église catholique » en l’église de la Chapelle où un concert gratuit sera ensuite donné par le quartet Zekalo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite