Nivelles: projet de nouvelle école avec 19 classes

Dans cet article
A ce stade, le site de l’ancien dépôt du TEC Brabant wallon a la préférence du collège pour installer la nouvelle école fondamentale. © V.F.
A ce stade, le site de l’ancien dépôt du TEC Brabant wallon a la préférence du collège pour installer la nouvelle école fondamentale. © V.F. - V.F.

On n’en est pas encore à monter les murs, mais la nouvelle école communale que la ville de Nivelles veut ouvrir sur le site du Val de Thines – la friche industrielle IdemPapers – est devenue un peu plus concrète lundi soir. Au conseil communal, il a en effet été décidé d’envoyer le dossier à la Fédération Wallonie-Bruxelles, afin de solliciter des subsides. Dans l’idéal, ces subsides pourraient atteindre 100 % du montant investi.

On en sait aussi un petit peu plus sur ce dossier. Notamment au niveau de sa localisation : si on parle depuis des mois d’installer cette école dans ce qui deviendra le nouveau quartier du Val de Thines, ce ne sera pas forcément dans la partie IdemPapers. En effet, le collège est plutôt favorable à une implantation à proximité immédiate de la chaussée de Bruxelles et de la bretelle vers Nivelles Nord, c’est-à-dire dans l’ancien dépôt des TEC Brabant wallon.

Le promoteur du Val de Thines n’en est pas (encore) propriétaire puisque les parcelles appartiennent toujours à la Société régionale wallonne du transport (SRWT). Mais le Masterplan établi pour l’ensemble la zone à réhabiliter inclut ce site aujourd’hui sans affectation particulière, et le promoteur a été invité à s’y intéresser…

350 élèves

C’est que l’idée est toujours d’imposer, via des charges d’urbanisme, que le terrain soit mis à disposition de la Ville pour la construction de l’école. Vu l’importance du projet de nouveau quartier, il n’est pas exclu que le collège demande plus que la simple cession du terrain…

Quant à l’école proprement dite, vu l’évolution démographique constante de Nivelles, les besoins ont été évalués à deux classes par niveau. Soit deux classes pour chacune des trois années de maternelle, deux classes encore par année primaire, plus une classe d’accueil. Soit 19 classes, pouvant accueillir environ 350 élèves. La dépense est évaluée à 5,47 millions d’euros.

L’échevin de l’enseignement, Bernard Lauwers (MR), a pris ses renseignements : le projet de Nivelles pourrait bien être le premier dossier de construction d’une nouvelle école fondamentale – il y a plus de demandes pour des extensions – à rentrer à la Fédération Wallonie-Bruxelles en réponse à l’appel à projets lancé par l’institution.

De quoi espérer une subsidiation maximale, 7 millions étant prévus chaque année pour de tels projets. Le ministre du budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles, André Flahaut (PS), a précisé depuis les bancs de l’opposition qu’il soutenait le projet… avant de sortir de séance pour éviter les conflits d’intérêts lorsque son groupe a voté oui avec la majorité.

Hommages

Par Vincent Fifi

Un tableau très aclot et des fleurs… du PS

© D.R.

Avant d’entamer l’ordre du jour du conseil communal, le bourgmestre Pierre Huart a tenu à mettre à l’honneur la première échevine empêchée, Valérie De Bue, qui va désormais redevenir simple conseillère communale. C’est qu’à la faveur du changement de majorité intervenu au niveau régional, la Nivelloise est à présent ministre wallonne du logement, des pouvoirs locaux et des infrastructures sportives. Le collège lui a offert pour l’occasion un tableau très aclot. Il s’agit d’une œuvre réalisée par Arnaud-Pierre Clare, qui a calligraphié des extraits du poème « Nivèle pour Mi » de Louis Botte ainsi que la partition d’Ursmar Scohy qui a mis ce poème en musique et l’a transformé en véritable hymne aclot. Ce sera le premier tableau accroché dans le bureau de Valérie De Bue à Namur : celle-ci a expliqué lundi soir que pour l’instant, les locaux sont complètement vierges de décoration.

Du côté de l’opposition PS, où le changement de majorité pourrait laisser un goût amer, André Flahaut s’est associé à l’hommage – « Ce qui s’est passé n’est pas la faute du MR », nous a-t-il glissé – en offrant un bouquet de fleurs à la nouvelle ministre régionale. Le ministre du budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles en a profité pour rappeler à Valérie De Bue qu’il était disponible pour donner un coup de main sur certains dossiers. « Je mesure bien la difficulté de la tâche, dans un contexte comme celui-ci », a-t-il affirmé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous