Herstal: réduire la vitesse sur 75 tronçons

Dans cet article
Un dispositif de rétrécissement de la chaussée déjà installé. © Michel Tonneau/Le Soir.
Un dispositif de rétrécissement de la chaussée déjà installé. © Michel Tonneau/Le Soir. - Michel Tonneau/Le soir.

La réflexion vient en marchant. À force d’arpenter les rues de Herstal, Milmort, Liers et Vottem, les membres du Collège et leurs attachés de cabinet ont recueilli un paquet de doléances. En plus de six mois, à raison d’une sortie presque tous les samedis, le bourgmestre Frédéric Daerden et ses échevins ont parcouru quasi toutes les rues de la commune et ses 17.000 boîtes aux lettres.

« À pied, on se rend compte plus concrètement des problématiques des habitants . C’est très instructif, explique le bourgmestre. Nous avons, par exemple, reçu beaucoup de sollicitations pour réduire la vitesse excessive dans les rues via des aménagements de sécurité. C’est vraiment une préoccupation des citoyens, tout comme la propreté publique ».

Le temps de digérer la matière récoltée lors de ces balades du samedi et le Collège PS-CDH herstalien a lancé une vaste opération de sécurisation des voiries. En quatre ans, d’ici 2020, nous allons nous attaquer à l’ensemble des voiries de la commune concernées par la vitesse excessive . Nous avons identifié 68 rues et 75 tronçons », explique l’échevin des travaux publics Jean-Louis Lefèbvre. « À raison d’environ 12.000 euros par aménagement, nous allons pouvoir en réaliser une centaine compte tenu du budget de 1,2 million d’euros que nous sommes parvenus à débloquer sur quatre exercices », ajoute Frédéric Daerden.

Démarche participative

Coussins berlinois, chicanes, rétrécissement de voiries, radars préventifs fixes ou mobiles : la pose des dispositifs de réduction de vitesse fera l’objet d’une démarche participative. « Avant que le dossier ne passe au Conseil, nous rencontrerons les habitants de la rue concernée pour présenter le projet et entendre leur avis. Il est déjà arrivé que l’on doive changer l’emplacement d’un dispositif à cause d’une contrainte légitime dont nous n’étions pas au courant », explique le bourgmestre. « Ceci dit, les habitants doivent aussi comprendre les différentes contraintes, que ce soit le passage des bus, des ambulances, la présence de pentes ou encore la hiérarchisation des voiries dont certaines accueillent du trafic de transit ».

Le collège PS-CDH s’est réservé une marge pour intégrer d’autres tronçons et, in fine, avoir une couverture assez large de la commune. « Notre démarche participative portant sur ces petits dispositifs n’empêche pas de réaliser d’autres aménagements structurels lors de chantier de réfection de voiries tout comme l’établissement de zones 30 ou la pose de radars préventifs », ajoute le bourgmestre.

L’ensemble des chantiers devrait être achevé pour 2020.

Chantiers sur quatre ans

Recours au marché-stock pour plus d’efficacité

Dans les prochains mois, la commune va passer une série de petits marchés de travaux relatifs aux dispositifs déjà avalisés. Parallèlement, elle va lancer un appel d’offres plus conséquent portant sur un marché-stock dont le cahier des charges comprendra une liste des différents dispositifs que la commune veut installer au prorata des rues concernées. « Nous n‘aurons plus qu’à faire notre choix dans ce catalogue et commander à l’entrepreneur retenu la réalisation des chantiers au fur et à mesure des projets, explique Frédéric Daerden. Cela nous permet à la fois d’être plus efficace mais aussi d’obtenir de meilleurs prix vu la taille plus importante du marché ». En tout, c’est plus d’1,2 million d’euros qui seront dépensés en quatre exercices budgétaires.

Sur le même sujet
Partis politiques
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous