A dix ans, le petit Lupulus houblonné fait plus que son âge

Dans cet article
A bientôt 60 ans, Pierre Gobron a encore l’énergie d’un jeune loup qui est reparti vers de nouvelles aventures houblonnées, avec ses deux louveteaux Julien et Tim. © J.-L. B.
A bientôt 60 ans, Pierre Gobron a encore l’énergie d’un jeune loup qui est reparti vers de nouvelles aventures houblonnées, avec ses deux louveteaux Julien et Tim. © J.-L. B. - J.-L. B.

Vous connaissiez le lutin au nez rouge, vous connaissez désormais le petit loup aux dents longues ! Le premier est né à Achouffe, le second à Courtil. Tous deux ont le même géniteur, Pierre Gobron.

Le brasseur ardennais et ses deux fils Julien et Tim vont fêter les 9 et 10 septembre prochains les dix ans de leur Brasserie Lupulus. On pourrait croire que ces bières sont plus âgées, tant elles se sont fait une place de choix dans l’univers brassicole, mais non, le premier brassin officiel de 10 hectos de Lupulus date du 27 septembre 2007. Soit un an après que la Chouffe est tombée dans l’escarcelle du groupe Duvel-Moortgat.

La Chouffe a depuis lors méchamment grandi pour devenir, et de loin, la première brasserie luxembourgeoise, mais la Lupulus, qui sortait de nulle part, a vite conquis les palais pour devenir la 3e en Luxembourg, derrière Chouffe et Orval.

Une croissance assez phénoménale, bien dans la lignée du développement initial de la Chouffe, la brasserie Lupulus ayant été saluée l’an passé par le prix Gazelles de Trends Tendances, mettant en évidence son dynamisme économique sur les 5 dernières années.

La brasserie Lupulus, le nouveau nom depuis début 2017, est née sous la forme d’une micro-brasserie intitulée Brasserie des 3 Fourquets, en 2003.

Pierre Gobron et Chris Bauweraerts avaient acheté une ferme abandonnée au centre du village de Courtil Gouvy), pour y créer une vraie micro-brasserie en parallèle de la Chouffe, c’est-à-dire où l’on produit des microbrassins vendus sur place, au restaurant. Mais celui-ci n’a jamais fonctionné, au contraire des bières, dont la Fourquette, une blanche qui était vendue sur place mais surtout en fûts en Italie.

Quand la Chouffe a été revendue, Pierre Gobron n’a pas souhaité rester dans sa brasserie d’origine qui n’était plus la sienne et s’est concentré sur Courtil, avec ses deux fils. Sa seconde vie malto-houblonnée commençait dans une petite brasserie qui a tourné à une allure de plus en plus effrénée, parfois 24h sur 24, avec des semaines à plus de 30 brassins effectués en 2015 !

En 2010, trois ans après le lancement officiel de la Lupulus, la production se situait déjà à 1.800 hectolitres. En 2013, elle avait grandi à 7.000 hl et en 2014, à 10.000 hl. Il fallait grandir sérieusement dans une nouvelle unité de production à construire juste derrière la ferme d’origine.

Un hall de 1.200 m2 au sol est donc sorti de terre en 2015, devant servir d’abord comme lieu de stockage avant d’y loger plus tard une salle de brassage toute neuve. Mais vu la croissance des ventes, il était évident de l’aménager tout de suite. Un investissement de plus de 3 millions d’euros, pour pouvoir répondre à la demande. Aujourd’hui, l’exportation se situe à environ 60-65 % de la production qui devrait avoisiner les 20.000 hectos cette année, dont 50 % en fûts.

A noter que la brasserie produit aussi « à façon » d’autres bières, à la demande, comme la Béole, la Vieille Salme, la Tripick ou la Curtius, en complément de ce qui est produit à Liège. A Courtil, l’équipement permet d’offrir des possibilités à des brasseurs ou associations qui n’ont pas assez de place ou de possibilités de brassage.

La fête des dix ans

Ouverture grand public les 9 et 10 septembre

Pierre Gobron & Sons aiment faire la fête, comme ce fut le cas en son temps avec les « Chouffeleirs », qui ont initié les « Grandes Choufferies » du mois d’août.

Alors, après un vendredi VIP, le samedi et le dimanche seront grand public, avec entrée gratuite, avec au menu : des visites de l’établissement, des cours de zythologie, des animations pour enfants, des jeux concours. Avec, côté musique, concert de trompe de chasse, Awissa à 20h et Lady Cover à 22h.

Le dimanche 10, l’harmonie de Gouvy sera de la fête, suivi par les très spitants musiciens de Kermesz à l’Est, le tout dans une ambiance festive houblonnée.

Infos : www.lupulus.be

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous