Accueil Économie Mobilité

Le service minimum, le principe qui coince les entreprises publiques

L’instauration d’un service garanti sur le rail ouvre la porte au même principe dans l’ensemble des services publics (transports, santé, prisons…) et sonne le glas du traditionnel (et ancestral) rapport de force social.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

La grève générale sur le rail décrétée par la (seule, jusqu’à présent) CGSP Cheminots pour le 10 octobre prochain ne servira pas d’illustration à l’application de la nouvelle procédure de service minimum sur le rail adoptée par le gouvernement le 20 juillet dernier.

Le texte officiel doit encore suivre tout le chemin législatif et les débats parlementaires. Il a été officiellement transmis vendredi dernier, sera inscrit en commission parlementaire (infrastructures) à la rentrée, puis passera en séance plénière pour être définitivement adopté. Mais on peut déjà dire qu’il ne sera pas encore d’application le mardi 10 octobre où il aurait pu passer en auto-illustration de sa contestation…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs