Accueil Économie Mobilité

La CGSP veut ranimer le front anti-Michel

La CGSP-Cheminots veut paralyser la SNCB le 10 octobre. Une grève qui vise surtout à dénoncer la politique gouvernementale. Et qui ne semble pas susciter un grand consensus syndical.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Curieuse journée pour la CGSP-Cheminots. Dont l’appel à la grève sur le rail, le 10 octobre prochain, semblait augurer ce mercredi matin d’une rentrée sociale mouvementée pour se solder, en fin de journée, par le sentiment que ce syndicat risque d’être quelque peu isolé.

Cela fait en réalité plusieurs mois que le syndicat est sur les nerfs, ses responsables vivant mal les orientations de la suédoise. Avant les vacances, c’était en particulier la perspective de voir le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR), activer un service minimum sur le rail qui synthétisait leur malaise.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Jacques Eric, jeudi 31 août 2017, 15:43

    Trop longtemps les syndicats ont confondus le droit à faire grève avec le droit d'empêcher les autres de travailler. Je trouve normal que l'employeur demande à ses agents qui va faire grève et qui va travailler afin de pouvoir organiser le travail avec les gens présents (et cela suppose en effet que les grévistes n'empêchent pas les gens qui désirent travailler de venir travailler). Dans le passé on a souvent vu des piquets pour empécher les gens de travailler, des blocages d'autoroute le jour de la grève des trains, du sabotage aux tecs pour empécher les non grévistes de travailler etc ....

  • Posté par Mathieu Colmant, mercredi 30 août 2017, 22:03

    Et si on retournait le problème ? "Si les syndicats ne peuvent garantir le fonctionnement minimum des transport, la grève doit être annulée". Cela remettrait, pour une fois, les quelques syndicalistes au travail et permettrait à ceux qui le souhaitent de pouvoir travailler. C'est comme cela que fonctionnent les services de secours, pourquoi cela ne pourrait-il pas être le cas dans les transports, santé et prisons ? Aux comités sociaux de définir le cadre à fournir pour y arriver.

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs