Nager sous la glace ou rencontrer les chimpanzés

Des formules touristiques proposent un voyage en Antarctique, et un passage par le camp de Whichaway, où vous pouvez vous initier à l’escalade sous la glace. © D.R.
Des formules touristiques proposent un voyage en Antarctique, et un passage par le camp de Whichaway, où vous pouvez vous initier à l’escalade sous la glace. © D.R. - D.R.

Nager avec les baleines, passer la nuit en Antarctique, souper avec les chimpanzés ? Les 260 agences de Traveller Made et les 1.500 « travel designers », qui couvrent 56 pays dans le monde, se voulant ainsi « le réseau d’agences de voyages dédiées au luxe le plus influent du monde » et « un sceau de qualité pour voyageurs ultra riches », vous diront (presque) que tout est possible. Evidemment, les zones de guerre ou les milieux hyper hostiles resteront souvent hors de leur champ d’action, mais ces limites sont rares. La tendance du moment ? « L’Afrique, terriblement délaissée à cause de l’épisode de l’épidémie de Zika, mais qui reste un réservoir quasi inépuisable de lieux d’exception et d’expériences uniques », répond sans hésiter Quentin Desurmont, fondateur de Traveller Made, qui s’appuie sur une enquête approfondie faite auprès des 260 agences de son réseau. Qui observe que les clients hyper fortunés peuvent parfaitement réserver (et négocier) un palace en direct, ne se tournant vers une agence de voyages que pour assurer une continuité de services qui leur prendrait trop de temps et d’incertitudes… ou pour élaborer une partition à laquelle ils n’auraient pas songé seuls. « Il n’est pas rare qu’on m’appelle en me disant : vous pensez vraiment qu’on peut voir des baleines à tel endroit au mois de novembre ? Et on peut y aller en sécurité ? Notre job, c’est de répondre rapidement si c’est possible et, éventuellement, combien cela coûtera. Mais aussi de construire un vrai voyage autour de ce désir », explique Quentin Desurmont. Car la concurrence est rude. Ainsi, les hôtels de grand luxe assurent-ils souvent également une offre de services de luxe en connexion avec l’hébergement. « Mais les clients ultra riches se sont paradoxalement lassés de la continuité, ils veulent de la surprise, ils veulent accéder à des joyaux uniques. Certaines chaînes ont fait leur réputation du fait que les chambres sont les mêmes, quel que soit le continent où vous vous réveillez. C’est bien pour le business, mais pour le tourisme, le même client veut goûter à de l’authentique, à quelque chose qu’il ne pourra voir nulle part ailleurs. Tout en restant dans une zone d’ultra-confort et de luxe, bien entendu. »

Elisabeth Gordon, qui a fondé l’agence Extraordinary Journeys avec sa mère, fait sienne cette vision. « Nous faisons du luxe différemment. Quand je monte à Paris, je ne vais pas tous les jours dans un cinq-étoiles et je n’aligne pas les restos étoilés chaque soir. Paris, c’est tous les quartiers et pas seulement les Champs-Elysées. Du coup, dénicher le bistrot du coin qui va titiller les papilles du client mais aussi lui faire passer deux heures différentes, c’est aussi important. Etre à l’écoute du client est fondamental, certains deviennent parfois des copains, on échange, on s’appelle. D’autres ne seront jamais des clients car ils ne voient leur voyage que comme une source de récriminations. Nous, on préfère partager des endroits exceptionnels avec des gens qui ont l’ouverture d’esprit pour cela. Et quand cela fonctionne bien, cela nous permet aussi de proposer une surprise, d’ajouter un plus qui n’est pas dans la description officielle du voyage. Voyager en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud, accéder à des endroits qui ne sont atteignables que par hélico, c’est aussi accepter qu’on sorte des références habituelles, de l’heure exacte, du confort international identique et garanti en tout moment. Si quelqu’un veut manger la nourriture locale, pour autant qu’il n’y ait pas de danger réel, on assume qu’il y a des solutions pour beaucoup de soucis et on avance hors des sentiers battus. Et on se sert d’un sourire comme meilleure monnaie d’échange pour rencontrer des gens différents. »

Pour l’organisatrice de voyages exceptionnels, les « gens sont surtout curieux. Davantage qu’au luxe traditionnel, ils sont émerveillés par un guide d’exception, par quelqu’un qui leur donne la clef du lieu où ils sont, qui peut leur faire partager une passion ou un environnement exceptionnel ». La responsable de Extraordinary Journeys, qui dit « devoir régulièrement recruter pour faire face à la demande », affirme vouloir obtenir « des clients qui ne disent pas seulement que le voyage était bien, mais qu’il a changé leur vie ». Pour l’agence, c’est d’ailleurs la clé du succès : ce genre de client, quand il est revenu heureux de son périple, en parle autour de lui. « C’est le meilleur carnet d’adresses. Les clients sont d’ailleurs souvent surpris, ils viennent vers nous en cherchant à refaire le même voyage que leurs amis et nous leur proposons un tout autre parcours, qui leur conviendra mieux. Nous avons des voyages à 4.000 euros par personne, mais il n’y a pas de limite supérieure. Récemment, nous avons fait dix jours de voyage de noces pour 100.000 euros, c’était évidemment un voyage avec des prestations exceptionnelles. »

Afrique Aux confins de l’origine de la vie

Choisir « le voyage » alors que son talent est d’adapter chaque itinéraire à la personnalité du client, est évidemment paradoxal. Mais que proposerait pour deux semaines Elisabeth Gordon, cofondatrice de l’agence Extraordinary Journeys ? Quand nous l’avons croisée, elle se préparait à repartir pour l’Ouganda, le Rwanda et le Congo. Des zones où les tisons de la guerre ou de la révolte ne sont jamais totalement éteints. « J’y vais moi-même, mais ne les propose pas à tous mes clients, sourit-elle, elle qui a grandi entre l’Afrique et Paris. Avec un budget illimité, je vous proposerais le nord du Kenya, pour découvrir les Samburu, une population d’Afrique de l’Est vivant au centre du Kenya, principalement dans le district de Samburu, au sud et sud-est du lac Turkana. Près des Matthews Range ou Lenkiyio Hills, des montagnes du nord du Kenya. On ne peut accéder à cet endroit que par hélicoptère. C’est aussi proche de la vallée du Rift, c’est là qu’est l’origine de l’humanité, qu’on a retrouvé des traces des premiers hommes. Tous les gens qui sont allés au Kenya sortent un peu de la norme. Y aller avec des enfants peut être exceptionnel. Quand les Samburu vont chercher de l’eau, ils chantent. Aucune caméra, aucun enregistreur n’a été autorisé à le capter. Mais vous pouvez être là. ».

«
Tous les gens qui sont allés au Kenya sortent un peu de la norme.
». © DR.
« Tous les gens qui sont allés au Kenya sortent un peu de la norme. ». © DR.

La puissance du désert de Turkana engloutie, on peut alors suivre des spécialistes des éléphants. « Nous sommes évidemment totalement anti-chasse, il n’est pour nous question que d’observer. Mais nous essayons de faire autre chose qu’un parcours en minibus à proximité d’éléphants. Suivre quelqu’un dont le métier est de soigner les éléphants, donc parfois de les endormir, peut donner des souvenirs inoubliables. Il faut donc aller en Tanzanie voir le travail du docteur Iain Douglas-Hamilton, sourit Elisabeth Gordon. Puis voir la migration des gnous dans le parc du Serengeti, mais donc y aller en juillet. Et puis le lac Tanganika. C’est un lac extraordinaire, très profond, l’eau qu’il contient a un million d’années. Et rencontrer les chimpanzés qui vivent sur ses berges. Ils sont sauvages, mais se rapprochent très près des hommes. Vous ne pourriez pas repartir sans aller voir les gorilles en Ouganda. Théoriquement, on ne peut rester qu’une seule heure. Mais si vous accompagnez un scientifique, c’est quatre heures… Et vous ne pourrez pas quitter le continent sans voir le Grand Zimbabwe, une mystérieuse cité bantoue dont les ruines sont révélatrices d’une civilisation élaborée, ses murailles et tourelles en ruines entre les fleuves Zambèze et Limpopo. Deux semaines avec un très bon guide, cela peut être un voyage extraordinaire. »

Explorer le désert blanc

Par Frédéric Soumois

Vous pensiez l’Antarctique réservé aux chercheurs scientifiques, sanctuarisé pour sa protection ? Il y a manifestement des exceptions. White Desert affirme être la seule entreprise au monde à parcourir le continent dans un avion privé. Une expérience luxueuse mais qui s’annonce « neutre en carbone ». Au départ de Cape Town, en Afrique du Sud, près de 6 heures de vol en Gulfstream vous permettent de survoler des milliers d’icebergs. Puis, après l’atterrissage sur une piste de glace spécialement préparée, vous êtes transférés en 4x4 vers l’oasis Schumacher, une terre située à l’est de l’Antarctique, près de la côte Princesse Astrid. Une terre de falaises, de lacs et de bases scientifiques (dont une désaffectée), dont vous ferez l’exploration toute la journée. L’expérience se termine par un repas au champagne, luxe oblige, avant de retourner vers Cape Town. Vous en voulez plus ? Des formules de 4 et de 8 jours proposent un passage par le camp de Whichaway, où vous pouvez « peindre les beaux panoramas », mais aussi vous initier à l’escalade sur une montagne « nunatak » voisine. Même la rencontre avec les manchots empereurs et la visite du « vrai pôle Sud » sont possibles. Les prix ? Prohibitifs pour des bourses ordinaires.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une maison à Dour.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Le top 3 des communes wallonnes les moins chères

  • Dans la tour Ekla, du nom de la bière qui fut brassée sur le site en 1958, Inclusio dispose de 20 logements répartis en 3 étages.

    Logements sociaux avec vue

  • d-20160902-G9RLQV 2019-10-16 09:59:27

    Coronavirus: qu’en est-il des loyers?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A peine installé, déjà critiqué, le groupe Déconfinement mis en place par la Première ministre Sophie Wilmès... © Belga.

    Coronavirus: et l’humain dans tout ça? Le groupe Déconfinement critiqué

  2. ITALY PANDEMIC COVID19 CORONAVIRUS

    Coronavirus: une nuit entière de discussion pour tenter de s’entendre sur la solidarité de l’UE

  3. Des ingénieurs de la VUB, notamment, ont travaillé à la fabrication de ventilateurs.

    Coronavirus: imbroglio autour des respirateurs artificiels

La chronique
  • Crise du coronavirus: «Une dure leçon pour la N-VA»

    Le discours style « présidentiel » de la Première ministre Sophie Wilmès est, en Flandre, passé sans tambour ni trompette ; elle est dans notre région toujours moins connue, en donc aussi moins aimée, comme le proverbe flamand « onbekend is onbemind » (« on n’aime que ce qu’on connaît ») le décrit. Pour beaucoup de Flamands, la Première ministre se présente toujours comme la « concierge » du gouvernement (la description est de la main du site européen Politico), et elle n’a, pour la plupart des Flamands, pas encore atteint la position de leur vrai Premier ministre, même si tout est encore possible.

    Cependant, le discours n’est pas passé complètement inaperçu. Le lendemain de l’annonce de Wilmès, c’est de l’hôtel de ville d’Anvers que la réponse est venue. Le président de la N-VA et bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever, donnait à son tour son avis sur l’actualité, sous le dénominateur commun de ne pas vouloir « faire de l’opposition, comme ça pourrait être compris comme de l’acidité ».

    ...

    Lire la suite

  • Des machines à coudre et des poèmes, nos armes de résistants

    Quatre cent trois décès, la « barre » des 2.000 dépassée : ce mardi, la Belgique a continué à compter ses morts. Les spécialistes nous le disent, nous sommes moins nombreux à franchir la porte des hôpitaux. Mais l’évidence reste : il faut se protéger de ce virus dévastateur.

    Confinement, tests, masques : les autorités publiques prennent des mesures, courant derrière les ravages de la pandémie. Mais...

    Lire la suite