Nouvelle mouture pour l’avenue du Port

L’avenue du Port bénéficiera de deux alignements d’arbres. Les pavés, eux, devraient 
disparaître. © D.R.
L’avenue du Port bénéficiera de deux alignements d’arbres. Les pavés, eux, devraient disparaître. © D.R.

La Région bruxelloise a introduit un nouveau permis d’urbanisme pour l’avenue du Port, a annoncé mercredi le cabinet du ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux publics Pascal Smet (SP.A). Le projet de mobilité durable est amendé pour satisfaire aux demandes de la commission de concertation au niveau du trafic automobile et du stationnement. Celle-ci n’avait pas fait mention de la préservation des quelque 1,5 million de pavés, pourtant soutenue par la Commission royale des Monuments et Sites et certaines associations comme l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines (ARAU).

La demande de permis d’urbanisme présentant le projet adapté a été introduite auprès des communes concernées mi-août. L’enquête publique et la commission de concertation pourront dès lors se tenir au dernier trimestre 2017. L’objectif est de commencer le chantier courant 2018 pour une fin prévue en 2019. Les travaux d’entretien de Vivaqua sur l’important collecteur de l’avenue, qui ne nécessitent pas de permis d’urbanisme, sont d’ores et déjà programmés à la rentrée.

La commission de concertation avait émis en décembre 2016 un avis favorable sous conditions, qui est non contraignant. Conformément à celui-ci, deux voies de circulation seront préservées à certains endroits. La bande réservée aux bus ne sera pas créée, mais la Région se réserve la possibilité d’y revenir dans l’avenir. Si le parking est supprimé sur l’ensemble de l’avenue, 82 places ont été dessinées côté Tour&Taxis. Le stationnement des camions, désormais interdit sur l’avenue, sera organisé chaussée de Vilvoorde.

Le nombre de voies reste inchangé, tout comme la largeur de la chaussée (9 mètres entre la place Sainctelette et la rue Picard, et 12 mètres entre la rue Picard et la rue Claessens). « L’objectif du réaménagement de l’avenue du Port est d’en finir avec l’impression d’autoroute urbaine », a déclaré Pascal Smet.

Les deux pistes cyclables sont maintenues pour préserver l’essence du projet. Celle côté canal sera bidirectionnelle, étant donné qu’il s’agit d’un itinéraire cycliste régional et européen. Celle côté Tour&Taxis, unidirectionnelle, vise à connecter le nouveau quartier en construction.

Une seconde rangée de 128 ormes sera implantée côté canal, créant une drève pour les cyclistes. Côté Tour&Taxis, l’alignement étant disparate, certains platanes plus abîmés seront abattus et remplacés par des ormes.

Pour rappel, en 2011, la suppression des arbres dans le projet initial avait suscité une vive protestation citoyenne. Les opposants demandaient déjà à l’époque la préservation des pavés, qui n’ont pas été réhabilités dans cette nouvelle mouture. (b)

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS25VUZ

    Frédéric Martel, auteur du livre «Sodoma»: «L’Eglise est un refuge pour un homosexuel»

  2. Philippe Malherbe, journaliste vedette de RTL-TVI, se présente pour le CDH à Bruxelles. Le dernier d’une longue liste de peoples qui ont succombés à l’appel des partis.

    Pourquoi les partis politiques recrutent des people

  3. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite