Oeufs contaminés: une audition de Willy Borsus «ne s’envisage pas», selon le MR

© Le Soir
© Le Soir

L’audition de l’ancien ministre de l’Agriculture devant le parlement fédéral à propos de la contamination d’œufs au fipronil «ne s’envisage pas», a indiqué jeudi le groupe MR de la Chambre qui en a profité pour égratigner Ecolo taxé de «malhonnêteté intellectuelle».

«Toute la lumière à déjà été faite sur ce dossier et c’est désormais le ministre Denis Ducarme qui a toutes les compétences sur ces matières», a-t-il précisé.

Les libéraux insistent sur la façon efficace dont la crise a été gérée. «Les oeufs belges sont les plus contrôlés du marché et le monitoring se poursuit, la crise a été gérée immédiatement et efficacement. C’est irresponsable de venir agiter la peur, de tenter de faire vivre une crise par des déclarations incomplètes comme le fait Ecolo. Le ministre Denis Ducarme a répondu à plus de 100 questions techniques lors des débats au parlement. La transparence a été totale sur ce dossier. Prétendre le contraire, c’est tromper la population car le consommateur n’a jamais été mis en danger», a expliqué Damien Thiéry.

Le MR rappelle que le rapport qu’avait reçu M. Borsus le 25 juillet ne pouvait être publié plus tôt en raison d’une décision judiciaire.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les funérailles d’Emiliano Sala se sont déroulées ce week-end.

    Mort d’Emiliano Sala: le sommet de l’indécence

  2. Pierre-Yves Jeholet est très critiqué sur sa gauche. Mais il reste convaincu de la nécessité des réformes.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «Je ne suis pas là pour être aimé par tout le monde»

  3. Le mode de fonctionnement des familles évolue
: le jeune est un participant à part entière de la communication.

    Comment WhatsApp chamboule la communication

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite