Crise politique: Di Rupo appelle le CDH à faire fonctionner les institutions où ils restent ensemble

© Le Soir
© Le Soir

Le président du PS, Elio Di Rupo, a appelé jeudi le CDH à oeuvrer au bon fonctionnement des institutions où ils gouvernent ensemble après l’échec des centristes à renverser leur alliance avec les socialistes en Fédération Wallonie-Bruxelles et à Bruxelles. Il a par ailleurs préconisé l’adoption d’un décret spécial dans les parlements régionaux pour permettre des élections anticipées.

Après les refus d’Ecolo et de DéFI de constituer une majorité de rechange avec le MR et le CDH, les centristes et les socialistes semblent condamnés à gouverner ensemble dans les gouvernements bruxellois et de la Fédération. Mercredi, le gouvernement de la Fédération a d’ailleurs tenu sa réunion de rentrée et a approuvé une trentaine de points.

« On ne peut pas accepter d’être traité comme un malpropre »

«Il faut un sursaut de dignité. Nos institutions doivent fonctionner de manière optimale», a souligné M. Di Rupo interrogé dans «Jeudi en prime» sur la RTBF. «Il faut s’entendre. Il n’y a pas d’autres majorités possibles (...) Les gouvernements doivent fonctionner au nom de la continuité des institutions. Moi, je n’ai jamais mis d’exclusive à l’égard de personne».

Le climat des relations entre PS et cdH, malgré leur alliance de 13 ans, s’est singulièrement dégradé. Le président du PS a exprimé sa lassitude devant les attaques répétées du président du cdH, Benoît Lutgen, contre son parti. «S’il pouvait avoir un peu de dignité et cesser d’attaquer comme il le fait les socialistes. On ne peut quand même pas accepter d’être traité comme un malpropre. Une fois, ça va. Après, basta!», a-t-il dit.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous