Accueil Société Régions Brabant wallon

Huit mille hommes morts à Sekigahara

De nombreux points de convergence existent entre les champs de bataille de Waterloo et de Sekigahara, au Japon. Les responsables des deux sites ont conclu une convention de jumelage qui permettra d’intensifier les échanges de connaissance et de partager les expériences.

Temps de lecture: 3 min

On pouvait voir un samouraï en armure et coiffé d’un casque impressionnant, jeudi après-midi aux côtés d’un reconstitueur en uniforme napoléonien, dans les locaux du Mémorial 1815. Une scène étonnante sans aucun doute pour les visiteurs de passage, mais qui constituait aussi un beau symbole du jumelage signé au pied de la butte du Lion.

En effet, une délégation japonaise est venue de Sekigahara – lire ci-contre – pour conclure une convention avec les responsables de l’Intercommunale Bataille de Waterloo 1815. Objectif : travailler ensemble à l’échelle internationale sur le devoir de mémoire, souligner l’importance de la paix, et échanger les expériences en matière de gestion des anciens champs de bataille.

L’initiative est japonaise : en mars 2016, des représentants de l’Intercommunale brabançonne wallonne avaient été invités à Sekigahara, tout comme des Américains de Gettysburg où s’est déroulée la bataille qui a mis fin à la guerre de sécession. Une déclaration commune avait alors été signée par les trois parties, afin de souligner l’intérêt de protéger les anciens champs de bataille pour les transmettre aux générations futures.

Le jumelage conclu jeudi à Braine-l’Alleud permettra de concrétiser ces intentions.

« Monsieur le maire de Sekigahara, nous venons de nous engager pour le meilleur et rien que pour le meilleur, a souligné sur place la présidence du conseil d’administration de l’Intercommunale Bataille de Waterloo 1815, Nathalie du Parc Locmaria. Nos sites historiques ont marqué l’histoire du monde et il nous revient la responsabilité de les protéger, de les conserver, de les restaurer comme il se doit pour un site classé au patrimoine national. A nous à présent de partager nos connaissances, tant en matière de procédés éprouvés en conservation de vestiges ou de paysages, que de nouveaux procédés en communication ou en scénographie. »

Des échanges de documents historiques sont également envisagés, tout comme un partage d’expérience en matière de gestion et d’administration des établissements situés sur les champs de bataille.

Après s’être fait expliquer les grands travaux menés pour préparer le Bicentenaire de 2015 le gouverneur du département de Gifu, où est situé Sekigahara, s’est d’ailleurs dit « inspiré » par cette mise en valeur. C’est que les jeux olympiques de 2020, qui seront organisés à Tokyo en 2020, devraient attirer du monde au Japon…

Un gouverneur qui n’était par ailleurs pas trop dépaysé en Belgique. « J’ai été Bruxellois, je retrouve mon deuxième pays », s’est-il amusé en se rappelant qu’en 1976, alors qu’il était stagiaire de l’ENA à Paris, il avait été envoyé chez nous pour travailler, au sein de la Commission, sur l’intégration des monnaies européennes.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Brabant wallon

In BW: une politique immobilière tournée vers l’avenir

Gestionnaire de cinq business centers en Brabant wallon, l’in BW mise sur une politique immobilière à la pointe en matière d’énergie et de services aux entreprises. Elle s’oriente aussi de plus en plus vers la spécialisation de ses parcs d’activités économiques.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo