Accueil Économie Entreprises

Un an après la fermeture du site de Gosselies, Caterpillar se porte bien

Parmi les travailleurs licenciés en Belgique seuls 20 % ont retrouvé un emploi. La reconversion des autres demeure un défi.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 1 min

La fermeture du centre européen de Caterpillar pour l’Europe de Gosselies fait partie d’un plan général de restructuration du géant américain des engins de chantier. Explications : le marché européen se réduit par manque de grands travaux d’infrastructures et la spécialité de Gosselies (des engins avec des moteurs plus écologiques) indiffère le reste du monde.

En 2016, donc, le groupe Catrepillar annonce la suppression de 10 % de son personnel (plus de 12.000 emplois au total), voit son chiffre d’affaires réduit de 20 % (35,8 milliards de dollars). La perte annuelle s’élève à 67 millions de dollars, alors que l’entreprise avait bouclé 2015 sur un bénéfice de 2,5 milliards. Stratégie salutaire, visiblement. De 81,7 dollars le 2 septembre 2016, l’action atteint 118 euros ce 1er septembre 2017, c’est 44 % de plus (alors que l’indice Standard and Poors qui rassemble les 500 premières entreprises américaines en bourse progresse de 13 % sur la même période).

Alors que l’entreprise a confirmé que le coût total de son plan de restructuration était évalué à plus de 1,1 milliard d’euros (dont la moitié, sans doute, pour Gosselies).

Notre dossier du jour sur la fermeture de Caterpillar, un an après est à lire sur Le Soir+.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par André Delfosse, samedi 2 septembre 2017, 15:11

    Action Cat au 01 septembre: je pense qu'il faut lire 118 dollars et non 118 euros.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs