Accueil Monde France

Disparition de Maëlys: des traces d’ADN détectées sur les scellés du suspect

Le suspect continué à nier toute implication dans la disparition de la petite fille.

Temps de lecture: 2 min

Un homme a été mis en examen et placé en détention provisoire dimanche en France, dans le cadre de l’enquête au sujet de la disparition de Maëlys, une fillette de 9 ans qui n’a plus été vue depuis une semaine environ. Selon le parquet de Grenoble, l’individu est en effet l’un des deux hommes de 34 ans déjà mis en garde à vue puis remis en liberté vendredi premier septembre. Il a été interpellé à nouveau « dans la matinée » de dimanche puis présenté aux juges d’instruction en fin d’après-midi.

Des explications pas convaincantes

Confronté aux « témoignages » et aux résultats des analyses techniques et scientifiques effectuées par la police, le suspect, qui était présent aux festivités du mariage, a continué à nier toute implication dans la disparition de la petite fille.

Cependant, « ses explications n’ont pas convaincu les juges d’instruction qui ont décidé de le mettre en examen du chef d’arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans », précise le parquet de Grenoble.

Un ami du marié

Le suspect placé en détention serait un ami du marié, le premier individu à avoir été interpellé et placé en garde à vue, jeudi, par les enquêteurs. De nouveaux éléments ont été mis au jour après sa remise en liberté vendredi. Selon une source proche de l’enquête relayée par l’AFP, ce sont des traces d’ADN qui ont été détectées sur un des scellés.

Les enquêteurs essaient de déterminer si la fillette était présente dans le véhicule du suspect, une voiture qui avait été intégralement nettoyée après le mariage, en vue d’être vendue selon les dires de l’individu.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une