Accueil Société Régions Liège

Un pilote tombe d’un hélicoptère à Amay: les recherches ont repris lundi matin

L’incident s’est produit alors que deux pilotes se trouvaient seuls à bord de l’hélicoptère, qui venait d’effectuer une démonstration de parachutage.

Temps de lecture: 1 min

Les recherches pour retrouver le corps du pilote tombé d’un hélicoptère Agusta A-109 ont repris lundi matin très tôt, a indiqué la cellule disparition de la police fédérale à l’agence Belga. L’incident s’est produit alors que deux pilotes se trouvaient seuls à bord de l’hélicoptère, qui venait d’effectuer une démonstration de parachutage à l’occasion de la journée portes ouvertes du 4e bataillon de génie à Amay.

Selon RTL, le pilote aurait lâché les commandes avant d’ouvrir la porte située à son côté. Il se serait ensuite jeté dans le vide, sans parachute. Il aurait sauté lorsque le co-pilote surveillait la démonstration des parachutistes. Lorsque ce dernier s’est retourné vers le cockpit, le siège du pilote était vide. L’hélicoptère a ensuite commencé à piquer du nez. L’homme a alors repris les commandes avant de poser l’appareil.

L’hélicoptère se trouvait à une altitude de plusieurs centaines de mètres. Aucun détail ne filtre à l’heure actuelle sur l’enquête judiciaire, diligentée sous l’autorité du procureur du Roi de Liège, Philippe Dulieu.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par William JONES, lundi 4 septembre 2017, 11:42

    Voulez-vous bien relire les 2e et 3e paragraphes de votre article, et les traduire en français compréhensible ? Merci d'avance.

  • Posté par Kempgens Gilles, lundi 4 septembre 2017, 13:47

    Ce n'est pas la meilleure langue française que je connais - il y a en effet deux tournures incorrectes - mais de là à les traduire en français compréhensible, il y a une marge.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Liège

Bientôt de nouveaux radars fixes répressifs à Liège

Le territoire de la ville de Liège ne dispose pas à ce jour, sur les voiries communales, de radar fixe répressif. «La police de Liège dispose d’un radar mobile mais c’est très insuffisant pour assurer la sécurité routière», relève Marc Minet.

Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo