Bruxelles: un recruteur présumé de combattants djihadistes libéré sous conditions

© Reporters
© Reporters

La chambre des mises en accusation de Bruxelles a libéré sous conditions lundi l’un des suspects dans le procès à l’encontre de 13 présumés recruteurs de combattants, originaires de Maaseik. Khalid B. a déjà passé quelque temps derrière les barreaux en détention provisoire et était depuis quelques mois sous surveillance électronique. Le mois dernier, le tribunal correctionnel l’avait libéré sous conditions mais le parquet fédéral avait interjeté appel. Le procès contre la filière en question est, lui, interrompu depuis décembre après une demande en récusation émise par la défense.

Selon le parquet fédéral, les suspects de ce dossier auraient recruté des personnes afin de combattre en Syrie dans les rangs du groupe État islamique et auraient également accueilli des combattants de retour en Belgique. Plusieurs seraient même partis en Syrie.

Procès reporté

Le procès aurait dû débuter le 21 septembre 2016 mais avait dû être reporté d’un jour parce que Khalid B. n’avait pas pu venir à l’audience. Son GPS pour le tracer n’était en effet pas actionné et il risquait d’être interpellé s’il quittait son domicile de Maaseik.

Par la suite, le procès a encore été interrompu à diverses reprises pour des raisons de procédure. Lors de la dernière audience du tribunal correctionnel, le 21 décembre 2016, la défense a constaté qu’une magistrate du parquet fédéral s’était rendue dans la salle de délibération du tribunal, ce qui démontrerait à ses yeux à tout le moins une violation de l’impartialité.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous