La présence d’un loup confirmée aux portes de la Wallonie

Les loups craignent les hommes et évitent de s’en approcher.
Les loups craignent les hommes et évitent de s’en approcher. - D.R.

Voilà quelques années, une panthère noire avait défrayé la chronique, des habitants ayant signalé sa présence en divers endroits de la province de Luxembourg. Mais on ne l’a jamais revue… sans doute parce qu’elle n’avait jamais existé !

Régulièrement, des gens rapportent aussi avoir vu un loup. Toutes les données sont désormais collectées par le Réseau wallon du loup, mis en place en mai 2017. Mais aucune présence avec 100 % de certitude n’a encore pu être déterminée. Cela ne saurait tarder. Des analyses scientifiques ont en effet confirmé la présence du loup au Luxembourg. Le 15 juillet dernier, huit moutons avaient été retrouvés morts entre Holzem et Garnich, non loin de Sterpenich. Des prélèvements ont été effectués à l’endroit des morsures sur les cadavres et ont été analysés par un laboratoire spécialisé en Allemagne. Les analyses confirment avec certitude qu’il s’agit bien d’une attaque de loup.

Une preuve scientifique

« Nous avions de fortes suspicions, explique Laurent Schley, directeur adjoint de l’Administration de la nature et de la forêt (ANF). Les chiens ne mangent pas les moutons attaqués, mais là, un d’entre eux était presque complètement mangé. Et dix jours plus tôt, à Leudelange, à 10 km de là, un agriculteur avait cru voir un loup dans ses champs, vers minuit. Une des photos, pas d’excellente qualité, semblait confirmer cette thèse. Il est fort probable qu’il s’agissait déjà de cet animal-là. »

Le laboratoire a indiqué que l’animal était issu d’une population alpine, principalement présente dans les Alpes françaises et italiennes. Ces loups se sont répandus en France au départ de l’Italie, d’abord au Sud, puis dans le Massif central, le Jura et les Vosges. Et en Allemagne, en Rhénanie-Palatinat. Cette fois, c’est le Grand-Duché qui est visité… Le Luxembourg a ainsi obtenu la preuve scientifique de la présence d’un loup sur son territoire, pour la première fois depuis 1893.

Un plan d’action au Luxembourg

Le Luxembourg a entrepris les démarches nécessaires afin que l’éleveur qui a perdu huit moutons soit dédommagé. Nos voisins s’étaient préparés au retour du loup sur leur territoire. « Un plan d’action et de gestion pour le retour des loups au Luxembourg a été élaboré en collaboration avec une vingtaine d’acteurs des domaines agricole, scientifique, de la protection de la nature et de la chasse, explique Laurent Schley. L’objectif est d’informer tout le monde de façon la plus précise et de garantir une cohabitation entre l’homme et le loup avec le moins de conflits possible. Le sujet aborde les dispositions à prendre pour obtenir des indemnisations. Des subsides préventifs peuvent par ailleurs être accordés quand certains critères sont atteints. Enfin, le plan veut régler concrètement le type d’actions à prendre en cas de comportements problématiques envers les humains, même si la probabilité de menace est quasiment nulle. Mais il est important de pouvoir rassurer la population. »

Les loups craignent les hommes et évitent de s’en approcher. Les rencontres entre homme et loup existent cependant, même si elles restent rares. La plupart du temps, l’animal s’enfuit dès qu’il voit un homme. Ils peuvent aussi se montrer curieux et l’observer un temps avant de s’éloigner.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous