La galère sur l’autoroute E42 à Mons

Les travaux vont s’enchaîner sur l’E42 entre Mons et Tournai. © Vincent Rocher
Les travaux vont s’enchaîner sur l’E42 entre Mons et Tournai. © Vincent Rocher

Qui dit rentrée, dit aussi encombrement des routes et retour des embouteillages. Ce ne sont pas les automobilistes montois qui diront le contraire. Depuis une semaine, leur patience est mise à l’épreuve lorsqu’ils empruntent l’E42/A16 en direction de Tournai. En effet, un important chantier de réhabilitation de l’autoroute a été lancé entre Hautrage (borne kilométrique 0,4) et Roucourt (BK 16,4), soit 17 km de tronçons qui vont être complètement refaits puisqu’un nouveau revêtement sera posé.

À la clé, d’importants embarras de circulation sur cette voie qui draine les automobilistes en provenance de Bruxelles vers Tournai et la France. La Sofico, maître d’ouvrage, a d’ores et déjà adapté son planning pour tenter d’endiguer le phénomène : les travaux n’ont pas été interrompus entre le 1er et le 4 septembre comme c’était prévu initialement. « Les travaux s’effectueront plutôt par demi-chaussée : lorsque les ouvriers travailleront sur la bande de droite en direction de Tournai, les automobilistes circuleront sur la voie de gauche, et inversement, explique Élodie Christophe, porte-parole de la Sofico. La circulation sera maintenue à deux voies en direction de Mons. Les échangeurs de Bernissart (27) et Blaton (28), Pommerœul (26) ainsi que la bretelle de sortie Péruwelz seront inaccessibles entre le 6 et le 16 septembre, ainsi que trois journées lorsque l’entreprise procédera à leur réhabilitation dans les semaines suivantes. Des déviations seront mises en place via la N506 et la N505. »

La fin de ce chantier d’un montant de 5,7 millions d’euros est prévue pour la mi-octobre. D’ici là, la recherche des itinéraires bis est plutôt conseillée, d’autant qu’un autre chantier d’envergure succédera à celui-ci et durera… deux ans ! Il s’agit de la reconstruction complète du pont de Pommerœul sur l’E42/A16, qui surplombe le canal Nimy-Blaton-Péronnes. Une première phase de travaux préparatoires s’est déjà déroulée en août. La seconde, plus importante, débutera à la fin du mois de novembre par le désamiantage et la démolition du pont de Pommerœul. La reconstruction du pont sera également réalisée durant cette seconde phase du chantier. Les travaux s’effectueront d’abord sur une moitié du pont et ensuite sur l’autre moitié. La circulation sera à chaque fois basculée en contresens : deux voies de circulation seront maintenues en direction de Mons et une voie en direction de Tournai. Les travaux, rendus nécessaires par les effets du temps, sont estimés à plus de dix millions d’euros.

Des itinéraires bis possibles

Par S.Dx

Même s’ils étaient inévitables, les embouteillages créés par ces travaux inquiètent les automobilistes mais aussi les autorités qui tentent de trouver des solutions. Ainsi, la zone de police de Bernissart-Péruwelz propose, sur sa page Facebook, divers itinéraires secondaires pour les navetteurs, notamment lorsque les échangeurs de Bernissart, Péruwelz et Blaton seront fermés. « Venant de Mons pour se rendre à Pommerœul ou Bernissart, il est conseillé de continuer vers Paris et de sortir à la sortie Dour. Pour se rendre à Blaton ou Péruwelz, il est conseillé d’aller jusqu’à Maubray et de faire ensuite demi-tour pour sortir aux échangeurs concernés mais dans le sens Tournai-Mons. Pour ceux voulant se rendre à Tournai, une déviation est mise en place à partir de la RN 50 (jardinerie) – RN 505 (le long du canal Harchies – Blaton) jusqu’au zoning de Péruwelz et ensuite via la RN 60 (Neuve Chaussée à Péruwelz) pour reprendre l’autoroute à Péruwelz. »

La police signale également que les travaux de réfection de la RN50 entre Hautrage et Grandglise ne débuteront qu’après les travaux en cours. Cette déviation ne sera donc pas optimale lorsque le chantier du pont de Pommerœul commencera en novembre… Galère, quand tu nous tiens !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous