Accueil Société Enseignement

L’immersion à l’école : quand la greffe ne prend pas

L’immersion ne convient pas à tous les enfants.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Et si on généralisait l’immersion ? Dans le volet enseignement du baromètre de la citoyenneté que Le Soir publiait il y a peu (27/08), plus de 8 sondés sur 10 en Wallonie et à Bruxelles se disaient favorables à un enseignement bilingue, voire trilingue. Conscients qu’« avoir les langues » sera un atout non négligeable pour l’avenir professionnel de leurs rejetons, les parents sont de plus en plus nombreux à manifester leur intérêt pour l’apprentissage en immersion.

Une tendance confirmée par les chiffres : 3.597 élèves ont fréquenté des classes d’immersion en maternelle au cours de l’année scolaire 2016-2017. Ils étaient cinq fois plus nombreux dans le primaire (18.950).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Lucas Danièle, mercredi 6 septembre 2017, 17:58

    Et pourtant, les Ecoles Européennes fonctionnent AVEC SUCCES!

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs