Accueil La Une Opinions

«Mieux vaut arrêter de surfer sur son lieu de travail»

Olivier Rijckaert est avocat spécialiste en droit du travail. Il travaille au sein du cabinet Sotra. Il est coauteur de l’ouvrage « Le respect de la vie privée dans la relation de travail » (Kluwer, 2012).

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 4 min

Pour Olivier Rijckaert, cet arrêt a le mérite de clarifier les règles en la matière.

Le contenu de cet arrêt vous surprend-il ?

C’est une surprise, parce que la Grande chambre du CEDH dédit complètement la chambre précédente, ce qui n’est pas courant. Il n’est d’ailleurs pas courant qu’une affaire atterrisse en Grande chambre tout court. Y vont les affaires pour lesquelles il y a un besoin d’unifier la jurisprudence ou alors les grosses questions d’intérêt général, ce qui semble être la raison dans ce dossier. Le mérite de cet arrêt est de clarifier la situation au départ d’une situation nette : une entreprise privée qui contrôle l’e-mail d’un de ses employés sur son lieu de travail et qui le licencie pour cette raison, c’est une sorte de cas d’école.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs