Accueil Société Régions Bruxelles

Le buste de Nols doit rester, dit Clerfayt

Décidément, le buste se fait tailler des croupières ces dernières semaines en terres bruxelloises.

Journaliste service Bruxelles Temps de lecture: 2 min

Alors que près de 15.000 personnes ont signé une pétition contre l’installation de celui d’Yvan Mayeur à la Ville, c’est cette fois l’effigie de l’ancien Roger Nols qui fait polémique. On le sait (Le Soir de mercredi), le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (Mrax) réclame le retrait du buste de celui qui fut bourgmestre de Schaerbeek de 1970 à 1989. Cet ancien résistant mort en 2004 s’était rapproché des thèses d’extrême droite jusqu’à terminer sa carrière au Front national. Nols s’est notamment fait connaître pour l’affaire des guichets séparés pour francophones, néerlandophones et étrangers à l’administration communale. En 1981, il a décidé de n’inscrire au registre des étrangers de la commune que les seuls Européens.

Un tableau noir que l’on ne conteste bien évidemment pas du côté de la commune et du cabinet de l’actuel mayeur, Bernard Clerfayt (Défi). « Monsieur Nols a laissé un très mauvais souvenir dans l’histoire de la commune », dit-on en rappelant qu’à l’époque le MRAX fut un partenaire incontournable dans la lutte « contre les idées racistes de ce bourgmestre. Les autorités communales combattent les idées extrémistes et se réjouissent qu’aujourd’hui, plus aucun représentant de l’extrême droite ne siège au conseil ». Une victoire dont se félicite Bernard Clerfayt, « mais il faut continuer ce combat contre cette gangrène qui continue, tapie dans l’ombre ».

« Idées racistes, xénophobes »

L’élu Défi n’estime toutefois pas que cette bataille passe par le retrait du buste du très controversé Roger Nols. « Ce n’est pas en effaçant de la mémoire de Schaerbeek le buste de ce bourgmestre élu qu’on permettra à la population et plus particulièrement aux jeunes de se rappeler l’histoire et de comprendre ce qui s’est passé. Le buste de Monsieur Nols n’est pas aujourd’hui une reconnaissance à la gloire de ce bourgmestre, c’est bien une trace de cette histoire ». Bernard Clerfayt souligne aussi que Nols a été élu à plusieurs reprises par la population. « Malgré, ou grâce à, ses idées néfastes, racistes, xénophobes ». Un homme élu démocratiquement donc, précise le bourgmestre. « Et puis un homme battu politiquement, rejeté démocratiquement par une population plus avertie, plus informée, une même population qui a retrouvé la voie de la raison et par là même son honneur. Il faut se souvenir de cette partie de notre histoire parce qu’elle doit nous interpeller et qu’elle doit nous faire comprendre justement que ce combat doit continuer ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo